Les experts des structures africaines en charge dudit dossier se sont réunis à cet effet du 21 au 23 novembre 2017 à Douala au Cameroun.

Une autre manche du « match » de l’intégration sous régionale en zone CEMAC vient de se dérouler à Douala au Cameroun. Et cela, juste un mois après le sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la CEMAC le 31 octobre dernier à Ndjamena, qui a été consacré aux principes de la libre circulation des personnes.

Si les pays de la zone affichent désormais clairement leur disposition à accélérer l’intégration, ils font également tout pour optimiser l’efficacité économique dans la sous-région. C’est du moins l’analyse que l’on puisse faire de la réunion régionale tenue du 21 au 23 novembre 2017, qui a mobilisé les pays de la CEMAC et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), conduite par le ministre camerounais du commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana.

Selon les participants, cette rencontre revêtait un intérêt crucial. Car, face à la vague de l’intégration, et dans l’impossibilité de continuer à faire des protections individuelles, dans une sous-région dorénavant sans frontières, obligation est désormais faite aux Etats de mettre en place une politique harmonisée en matière de la promotion de la concurrence et de la protection des consommateurs.

Pour ce faire, il faut donc « mettre ensemble nos énergies, harmoniser nos politiques et les coordonner. C’est le moment de dynamiser afin de leur donner un impact qui corresponde à l’environnement nouveau. En ligne de mire des travaux de Douala, l’opérationnalisation de l’organe communautaire de surveillance de concurrence en zone CEMAC », a précisé le ministre camerounais du Commerce. Un organe, « qui a des pouvoirs importants, assimilables aux décisions de justice et dont il est important de s’approprier l’existence ».

Pour Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la CEMAC, « c’est une sécurité pour les consommateurs et les opérateurs économiques ». Quand on dit concurrence, s’est réjoui le nouveau président de la Commission de la CEMAC, « il y a baisse des prix et tout le monde profite. Il faut toutefois rassurer les opérateurs et faire en sorte que les entreprises ne croient pas qu’elles peuvent travailler dans un espace sans droit ».

Pour rappel, l’harmonisation de la concurrence et de la protection des consommateurs en zone CEMAC est une initiative de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).