CEMAC

 

Le retard pour conclure un accord de programme de redressement économique du Fmi avec la Guinée équatoriale et le Congo pourrait en être la cause. 

En dépit de sa non-conformité avec la réglementation relative à cette activité, la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) annonce de belles perspectives pour le secteur de la finance mobile dans la sous-région. 

Le projet de texte sera soumis ce 28 juillet 2017, aux dirigeants de la commission de la CEMAC ainsi qu’aux délégués des Etats membres.

Selon les propos de son président, cette institution va accorder aux six pays de la sous-région des appuis afin de favoriser la diversification de leurs économies.

Une délégation de la RDC vient de séjourner à Libreville, en vue de s’imprégner du modèle implémenté par le pays, en matière de réformes de l’administration publique.

La déclaration a été faite par le président de la Commission de cette institution sous régionale au sortir d’une audience avec le président congolais.

Les nouvelles stratégies opérationnelles, financières et organisationnelles de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) ont été approuvées et autorisées par les administrateurs à être mis en œuvre, à l’issue du premier Conseil d’administration de cette institution bancaire tenu le 28 juin 2017 à Brazzaville.

L’objectif de cet instrument est de centraliser les échanges entre les cellules de renseignements de la sous-région.

Cette tendance empreinte d’un léger d’optimiste a été émise mardi 9 mai au terme de la première session annuelle du Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) à Yaoundé au Cameroun. 

C’était au cours de la 2e réunion du comité de pilotage, en fin de semaine dernière, à Brazzaville au Congo. 

Selon le représentant résidant du département Afrique du FMI au Cameroun, Kadima Kalondji, cette situation est en partie due à la baisse progressive des recettes pétrolières.