CEMAC

Lors de la réunion entre les responsables du FMI et les ministres des Finances et de l’Economie de la CEMAC, tenue le vendredi 12 octobre 2018, les propos du Directeur du département Afrique, Abebe Aemro Selassie ont été on ne peut plus clairs : «L'état de mise en œuvre de la stratégie du FMI dans la région Afrique Centrale a donné des résultats contrastés. Les réserves de change régionales sont inférieures aux objectifs fixés».

Lors d’une réunion, le 12 octobre avec les ministres des finances et de l’économie de la zone CEMAC, le directeur Afrique du Fonds monétaire international a tiré la sonnette d’alarme sur les résultats contrastés de la mise en œuvre de la stratégie du FMI dans ces pays et appelle à la responsabilité des uns et des autres.

Le système de paiement monétique lancé le 10 octobre par la Cémac à Douala, au Cameroun, intègre le mobile money ainsi que les transferts d’argent dans la sous-région.  

De l’avis des experts de la sous-région, de faibles charges fiscales, des conditions prohibitives d'accès aux prêts, de faibles taux d'épargne nationaux, une dette publique insoutenable, des canaux de financement restrictifs, des indices de perception politique négatifs et des environnements des affaires difficiles sont autant de facteurs qui limitent les flux de trésorerie nécessaires au financement durable de projets industriels en Afrique centrale.

Cette vision a été déclinée par les deux chefs d’Etat, le 22 août dernier, à la faveur dune visite du président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba à Malabo en Guinée-équatoriale.

Une étude intitulée « Financer la croissance africaine à l’horizon 2023 : perception des investisseurs internationaux » dresse un tableau peu flatteur de la sous-région dans un contexte général plutôt optimiste pour l’économie africaine. 

C’est la recommandation faite aux Etats à l’issue de la 5e édition du comité de pilotage du Pref-Cémac tenue le 22 juin 2018, à Douala au Cameroun.

Après quatre années de travaux, entamés en 2013, le musée de l’Afrique centrale à Tervuren en Belgique, rouvrira ses portes le 8 décembre prochain, sous un nouveau visage. Mais avant cette grande ouverture festive, une étape essentielle était franchie le 31 mai 2018.

L’observation est du Comité de stabilité sous-régional (CSF-AC) en dépit d’un ralentissement des activités en 2017, selon un communiqué publié mardi par le Comité de stabilité sous-régional (CSF-AC).

Selon les résultats d’une étude sur les systèmes de paiement publiée le 22 mai par l'institution financière sous-régionale, les paiements en monnaie électronique ont dépassé 229 milliards FCFA en 2017, contre 121 milliards FCFA l’année précédente, dont 93% avec le « Mobile Money ».

L’institution financière panafricaine suggère notamment d’améliorer la création d’emplois, d’augmenter la résilience aux chocs externes, et de renforcer non seulement la qualité des dépenses publiques pour la relance économique, mais aussi le processus d’intégration régionale.