CEMAC

L’objectif recherché est de mobiliser davantage les ressources intérieures propres en vue de contribuer au programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement pour l’atteinte des Objectifs de développement durable en 2030. 

La sous-région Afrique centrale ne connaitre finalement pas la croissance escomptée en début que l’on avait tablé à 1,6%. 

L’initiative s’inscrit dans le cadre de son programme pluriannuel adossé sur le troisième cycle de son financement pour la période 2017-2021. 

La BEAC souligne, dans un communiqué publié le 6 novembre, « un renforcement du cadre macroéconomique » en 2017, dans la sous-région par rapport à l’année précédente.

Le Gabonais a pris ses fonctions en prêtant serment à N’Djamena au Tchad, en présence du président Idriss Deby Itno, président en exercice de la CEMAC et du Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, représentant le président de la république, Ali Bongo Ondimba. 

Les six pays de cet espace communautaire se classent parmi les moins bien classés dans le récent classement de la Banque mondiale sur la facilité de faire les affaires. 

Avec un certain nombre de dossiers sensibles, c’est dans un contexte marqué par une volonté commune d’aller de l’avant et sans égos, que les dirigeants de la sous-région CEMAC ont décidé de vider leur parapheur, à la faveur de leur conférence extraordinaire, ce 31 octobre 2017, à Ndjamena au Tchad. 

Les ministres des Affaires étrangères de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) étaient réunis en conseil extraordinaire ce samedi, 21 octobre 2017 à Libreville. 

Cette décision est conforme à la décision prise par les chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac), lors de leur sommet extraordinaire, tenu à Libreville au Gabon, du 25 au 26 Juin 2013.

En prélude à cette rencontre, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration régionale, chargé des Gabonais de l’étranger, Noel Nelson Messone, a eu une importante séance de travail avec les ambassadeurs des Etats-membres de la CEEAC, ce 17 octobre 2017.

Le Gabon et la Guinée Equatoriale sont sous le viseur des sanctions  pour non-respect de l’accord communautaire sur la libre-circulation des personnes et des biens.