Les cours du pétrole ont terminé cette semaine en très légère baisse. Le marché s’est concentré sur le niveau des stocks aux Etats-Unis en se focalisant sur une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Le prix du baril de light sweet crude, référence américaine du brut, a avancé de 55 cents à 49,58 dollars sur le contrat pour livraison en septembre au New York Mercantile Exchange (Nymex). Sur la semaine, le baril new-yorkais a perdu 0,26% de sa valeur.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a terminé à 52,42 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en progression de 41 cents par rapport à jeudi.

Les analystes à New York interprétaient la bonne séance de vendredi comme la conséquence de prises de positions avant le week-end. « Quand on regarde devant nous, le marché va se reconcentrer sur les stocks et cela a aiguisé l'appétit des acheteurs », a commenté Matt Smith de ClipperData.

Les stocks de brut aux Etats-Unis ont de nouveau reculé cette semaine renforçant encore leur tendance à la décrue constatée depuis avril. Quant aux raffineries américaines, elles tournent à plein régime et la demande d'essence est particulièrement dynamique.

Pour Andy Lipow de Lipow Oil Associates, le « marché assimilait le dernier rapport sur l'emploi et a vu que la croissance économique se poursuivait », ce qui est également de bon augure pour la demande de produits raffinés aux Etats-Unis. Selon les chiffres publiés le 4 août 2017, l'économie américaine a créé plus d'emplois que prévu au mois de juillet.

« Avec cette situation économique les investisseurs ont tendance à parier sur une hausse, d'autant plus que les seules nouvelles susceptibles d'affecter le marché (ce week-end) concernent le Venezuela et cela pourrait être négatif pour la production vénézuélienne de pétrole et positif pour les prix », a ajouté Mike Lynch de Strategic Energy & Economic research.

Les investisseurs s'interrogent néanmoins sur l'impact que pourrait avoir la crise politique que connait le pays sur la production de brut et sur d'éventuelles sanctions américaines concernant le secteur de l'énergie.

Une réunion de l'Opep à Abou Dhabi, la semaine prochaine focalise aussi l'attention du marché. « Les plus grands producteurs veulent que les participants se tiennent à l'accord de limitation de la production », a avancé David Madden, analyste chez CMC Markets.

« Depuis le milieu de la semaine on a eu une série d'informations faisant état d'une surproduction de l'Opep et cela a mis de la pression sur le marché », a expliqué Bob Yawger de Mizuho. Les 7 et 8 août, des membres de l'Opep et d'autres producteurs, non membres du cartel, vont se retrouver à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, pour évoquer le respect des quotas de production. Le cartel pétrolier s'est engagé à limiter sa production jusqu'en mars 2018.