Cette appréciation a été faite ce 14 novembre 2018, par la délégation du Fonds monétaire international (FMI), à la suite d’une séance de travail, avec le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics, Jean Fidèle Otandault.

Au cours de leur échanges avec le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics, Jean Fidèle Otandault, les missionnaires de Bretton Woods en mission d’évaluation des développements économiques récents du Gabon, ont abordé trois principaux pans. Le premier consistait à faire le point sur les dix premiers mois de l’année en cours, le deuxième portait sur la projection de clôture de cet exercice 2018, tandis que le troisième concernait la Loi de finances 2019. Au terme de cet entretien, le chef de mission, par ailleurs, Représentant résident du FMI au Gabon, Boileau Loko, a exprimé sa satisfaction sur l’exécution, par les autorités gabonaises, des dépenses et la mobilisation des ressources au cours de la période sous revue.

« A ce point, ce que l’on peut retenir, c’est qu’il y a des progrès qui ont été réalisés. Nous avons d’ailleurs félicité le ministre d’Etat et ses collaborateurs pour ces progrès. Certes, beaucoup reste à faire, mais nous allons continuer à travailler ensemble pour atteindre les objectifs en termes de croissance et de réduction de pauvreté du gouvernement », a-t-il indiqué. Pour sa part, Jean Fidèle Otandault, a exprimé sa satisfaction et son optimisme, par rapport au travail accompli et à ce qui reste à faire, au regard des temps qui prévalent. « Nous sommes sur la bonne voie », a-t-il déclaré.

Les progrès observés ont notamment porté sur la mobilisation des recettes et l’amélioration de la qualité de la dépense. Toutefois, la délégation du FMI a insisté sur la poursuite de ces efforts, afin d’optimiser lesdites ressources pour les investissements, mais aussi pour les dépenses sociales de l’Etat. Les conclusions de ces discussions entamées avec le gouvernement gabonais, faut-il le rappeler, seront soumises au Conseil d’administration du FMI, pour appréciation en vue d’un nouveau décaissement de fonds en faveur du Gabon.