En droite ligne avec les travaux des Assemblées annuelles, la Directrice de la Banque mondiale pour l'Afrique centrale, Elisabeth Huybens a organisé le jeudi 11 octobre 2018, une séance de travail avec le Président de la Commission de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC), le Pr Daniel Ona Ondo et le Directeur général des études, des finances et des relations internationales de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Ivan Bacale Ebe Molina.

D'entrée, la responsable de la Banque Mondiale a fait une revue des différents projets que son institution a identifié pour mettre en œuvre dans la sous-région. Sans être exhaustive, elle a notamment cité les secteurs de l'appui au commerce, de l'électricité, des infrastructures et du transport. Puis, elle a soutenu que : « Nous espérons que tous ces projets inspirent nos programmes d'appui budgétaire et permettront d'alimenter des réformes plus approfondies en zone CEMAC ».

A la suite de son propos, le DG de la BEAC a rappelé que les réformes entreprises par la banque centrale et soutenues par la Banque Mondiale, ont permis de stabiliser la situation économique et monétaire de la zone. De fait, il a indiqué que la remontée des prix du pétrole devrait avoir un effet plus significatif sur les économies de la zone dès 2019. C'est qui devrait se traduire par une embellie économique et financière.

Pour sa part, le Président de la Commission de la CEMAC s'est fait fort de présenter les bonnes perspectives de la CEMAC. « Les résultats encourageants sont les fruits, a-t-il insisté, des actions contenues dans le PREF-CEMAC et des mesures de diversification des économies locales». Raison pour laquelle, le Pr Daniel Ona Ondo n'est pas allé par quatre chemins pour solliciter l'appui de la Banque Mondiale. Pour lui : «L'intégration est la solution aux difficultés économiques de la CEMAC. Nos partenaires doivent le savoir et nous aider dans ce sens ».

Avant de conclure, le Président de la Commission a souhaité que la Banque Mondiale soit partie prenante de la mise en oeuvre des projets intégrateurs car, selon lui : «Avec le FODEC, nous avons fait un grand pas en réalisant de nombreuses études. Nous voulons maintenant que la Banque Mondiale nous accompagne dans la réalisation des projets intégrateurs ».

Une sollicitation qui a trouvé un écho favorable auprès d’Elisabeth Huybens, qui a affirmé que le plan d'action de la Banque Mondiale pour la zone CEMAC contient plusieurs projets inspirés du PER-CEMAC. De fait, elle a réitéré cette volonté en disant que l'appui de la Banque mondiale doit produire des effets concrets et des succès qui vont crédibiliser l'intégration de l'Afrique centrale.