C’est la solution préconisée par le ministre des Transports, Justin Ndoundangoye, lors d’une réunion avec les membres du comité Ad hoc de restructuration de la Société gabonaise de transports (SOGATRA).

Aux grands maux les grands remèdes. C’est du moins ainsi que l’on pourrait qualifier l’option prise par Justin Ndoundangoye, en vue de remettre le navire SOGATRA à flots. Selon lui, la situation que vit aujourd’hui cette société de transports, est consécutive à l’absence de rigueur dans sa gestion laquelle  a entrainé sa descente aux enfers. C’est donc pour un rééquilibrage, que le ministre des Transports, Justin Ndoundangoye a demandé la tenue d’un Conseil d’administration, au Président du conseil d’administration de cette entreprise, Alexandre Tapoyo.

En effet, durant les 5 dernières années, la gestion de la SOGATRA a été faite, selon le ministre des Transports Justin Ndoundangoye, avec des « incohérences financières et comptables » qui ont conduite l’entreprise dans son état actuel, avec d’énormes difficultés de fonctionnement. Selon le ministre, les efforts d’Ali Bongo à offrir à ses compatriotes un système de transport public social et efficace n'ont porté aucun fruit. Il apparaît clairement qu'il y a eu beaucoup d’invraisemblances comptables. Notamment du fait, qu’il n’existe aucun état financier sur les cinq dernières années.

L’entreprise ayant été gérée sans aucune norme comptable. De plus, elle n’avait pas, dans ses effectifs, de commissaire aux comptes. Ce qui a eu pour corollaire l'absence de tenue des conseils d'administration et donc, laisse présager des détournements de deniers publics au regard des sommes hallucinantes en termes de subventions d'équilibre allouées par le budget de l'Etat à hauteur de 17 milliards rien qu'au titre des années 2016 et 2017.

Les décisions dudit Conseil d’administration sont donc attendues pour être présentées en Conseil des ministres, mais surtout, pour donner un nouveau souffle à cette entreprise qui peine à voir le bout le tunnel depuis belles lurettes déjà.