Le ministre gabonais des Mines, a reçu à son cabinet, le 11 septembre 2018, la représentante résidente permanente de la banque mondiale au Gabon, Alice Ouegraogo et Pierre Pozzo di Borgo, chef du secteur industriel de la Société Financière Internationale (SFI), pour discuter du financement du projet COMILOG 2020.

Ce financement du projet COMILOG 2020 consiste au redéploiement des activités minières de la compagnie vers le plateau Okouma, et nécessite la mobilisation d’énormes moyens matériels et financiers. Dans le cadre de cette initiative, l’Etat gabonais souhaite accompagner la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG) dans l’aboutissement de cette demande de financements auprès des bailleurs de fonds. Processus, indispensable à l’expansion pour l’augmentation de la contribution du secteur minier dans la diversification de l’économie gabonaise. Notamment, en matière de bonne gouvernance et d’impacts socioéconomiques des revenus issus de cette exploitation.

Occasion a été donnée à Christian Magnagna de rappeler les nouvelles exigences du Gabon pour son secteur minier. Notamment, celles contenues dans le nouveau code minier et spécifiquement, dans ce cas, en lien avec le développement de la filière manganèse. Avec la COMILOG comme chef de file des entreprises du secteur, afin de répondre aux défis économiques, sociaux et environnementaux rattachés à la mise en œuvre du cluster minier de Moanda-Franceville, afin que ses effets positifs soient plus visibles pour les populations locales.

Pour sa part, le représentant de la SFI a quant à lui, encouragé l’Etat gabonais à réintégrer  l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (l’EITI), qui constitue l’une des conditionnalités émises par son institution pour promouvoir une politique de transparence dans l’utilisation des revenus tirés de l’exploitation des industries extractives, tant du côté de l’Etat gabonais que de celui des opérateurs industriels comme la COMILOG.