L’objectif de cette descente conjointe de terrain, était de s’imprégner des conditions de travail de leurs collègues ainsi que d’évaluer les moyens à mettre en œuvre pour booster les capacités de ce secteur. 

Essentiellement studieuse, cette visite du ministre de l’Economie, Jean Marie Ogandaga et de son collègue d’Etat, en charge du Budget et des Comptes publics, Jean Fidèle Otandault sous la conduite du Directeur général des douanes et droits indirects, Raymond Okongoa a permis d’inspecter le site du scanner, le New Owendo International Port, la Direction régionale des douanes, la recette-perception d'Owendo et enfin, le bureau central des douanes et notamment, le centre informatique de ce service.

Si dans l’ensemble, les deux membres du gouvernement ont appelé leurs collaborateurs à redoubler d’efforts dans leur travail, ils ont également eu la désagréable surprise de constater que certains services présentent un état de vétusté bien avancé. Tel en est le cas du centre informatique qui fait face à plusieurs soucis d’ordre infrastructurel depuis quelques années. En effet, la caducité dudit matériel obère fortement l’efficacité du service d’informatique des douanes gabonaises. Ce qui constitue un sérieux problème, lorsque l’on sait que la quasi-totalité des transactions est gérée par ce centre. 

Justifiant le caractère jumelé de cette visite d’inspection, le ministre de l’Economie, Jean Marie Ogandaga a mis en avant les charges qui incombent à leurs départements ministériels dans le processus de relance économique. «Mon collègue du Budget et moi portons la responsabilité de conduire la politique économique du pays, et dans ce cadre la douane et l’un des plus gros contributeurs au budget de l’Etat. Et il est de coutume que lorsque nous prenions nos services, nous fassions, une visite individuelle. Mais aujourd’hui, pour montrer la détermination qui est la nôtre, il a fallu que nous soyons ensemble.», a-t-il indiqué. 

Et de poursuivre, « il est donc important pour que les ministères de l’Economie qui a la charge de tenir les caisses de l’Etat et du Budget qui en assure la gestion se mettent ensemble et parler d’une même voix pour beaucoup plus d’efficacité ». Avant de conclure que «En venant ici, nous voulions montrer que cette cohésion est susceptible d’être un facteur de réussite pour notre politique économique. Raison pour laquelle, nous voulions voir comment travaillent les douaniers, et toucher les choses du doigt. Et dans ce cadre, cette visite nous a montré l’étendue du travail qu’ils les douaniers ont à accomplir. Et ce que nous côté tutelle, avons également à faire pour améliorer les performances de ce secteur».