C'était à la faveur de la réunion des ministres des Finances, des présidents des institutions régionales et des gouverneurs des banques centrales  de la Zone franc, le 13 avril dernier, à Brazzaville au Congo.

Dans un contexte économique marqué par une reprise de la croissance à l'échelle du continent africain, les ministres des Finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des banques centrales ont rappelé leur souhait d'œuvrer pour le développement des pays de la Zone franc et de mettre en œuvre des politiques économiques soutenables susceptibles de promouvoir une croissance inclusive. 

Ils ont réitéré leur volonté de continuer à faire de la Zone franc un espace de dialogue ouvert et de coordination des politiques publiques, en lien avec les principaux bailleurs et institutions. Un tel espace d'échange, qui revêt une dimension unique en Afrique, reste un facteur de stabilité et de développement.Les participants à la réunion, ont relevé une très légère amélioration de la convergence nominale, qui reste cependant en-deçà des résultats escomptés. Ils ont en particulier noté les risques découlant d'importants déficits publics et d'un ré-endettement rapide, qui sont susceptibles de remettre en cause les équilibres internes et externes des Etats concernés. 

Pour garantir le bon fonctionnement des unions monétaires et préserver la soutenabilité des trajectoires de développement, les ministres des Finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des banques centrales se sont accordés sur la nécessité de poursuivre et renforcer leur approche coordonnée. De la même façon, la convergence réelle peine à progresser dans la Zone franc, témoignant des nombreux obstacles, auxquels se heurte l'intégration régionale. Dans ce contexte, les participants ont souligné la nécessité de poursuivre la mise en œuvre des mesures permettant de renforcer cette intégration régionale, facteur de résilience et de solidarité des Etats de la Zone franc. 

A ce titre, les participants ont salué la mise en œuvre de nouveaux tableaux de suivi des recommandations, adoptées par les ministres des Finances et portant sur l'intégration commerciale, le développement du crédit et la mobilisation des recettes fiscales. Ces instruments d'orientation des politiques publiques pourront servir d'appui aux efforts de convergence des pays de la Zone franc. Les participants ont également noté qu'une majorité de pays de la zone a conclu un programme avec le Fonds monétaire international (FMI), ce qui contribue à l'harmonisation des diagnostics à l'échelle sous-régionale et à la coordination des politiques macroéconomiques ainsi que des réformes économiques et financières mises en œuvre.

Enfin, les ministres des Finances ont ainsi décidé de soutenir la déclaration de Yaoundé du 15 novembre 2017. Laquelle encourage les pays africains, avec le soutien du Secrétariat du Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements à des fins fiscales, à explorer une collaboration destinée à conforter les efforts des pays africains dans la lutte contre les flux financiers illicites pour améliorer la mobilisation des recettes intérieures. Car, les mesures opérées dans le cadre des programmes, et les apports de financements notamment du FMI, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, de l'Union européenne et de la France, contribuent conjointement à l'amélioration de la situation économique et de la confiance vis-à-vis de la Zone franc.