Promoteur de la start-up « Un pour tous », il livre en quelques lignes sa compréhension de la problématique de l’entrepreneuriat.  

Que pensez-vous du thème « Surmonte la crise » retenu pour  la semaine de l’entrepreneuriat au Gabon ?

Le thème retenu pour la circonstance est plus qu’évocateur. Il peint entre autre la situation que traverse notre pays en ce moment. En effet, le Gabon passe par une période difficile depuis quelques années. Toutefois, comme l’incite la thématique de la semaine de l’entrepreneuriat, nous devons par-dessus tout surmonter et pouvoir dépasser   cette épineuse situation, notamment en trouvant des solutions palliatives, en l’occurrence la diversification des activités.

Comment devenir entrepreneur ? 

Devenir entrepreneur pour moi c’est instinctif. Il faut au préalable le ressentir en soi, c’est avoir la volonté et les capacités  de bâtir une vision à partir de rien. En marketing par exemple, on dit que c’est un besoin latent, une réalité qui sommeille en nous. Chacun selon ses capacités physiques et intellectuelles doit pouvoir créer une richesse. Entreprendre ne nécessite pas toujours  de gros moyens pour y arriver, juste de la volonté, des aptitudes et de la persévérance.

Parlez-nous un peu de votre projet. Depuis comment de temps existe votre structure et quelles sont les services que vous proposez ?

« Un Pour Tous » existe depuis 2015. Mon équipe et moi travaillons d’arrache-pied pour aller de l’avant, malgré certaines difficultés présentes sur le terrain, notamment la crise actuelle. Il faut l’avouer, notre secteur résiste tant mieux que mal à cette situation. « Un Pour Tous », est une Agence de voyage à la base qui intervient dans plusieurs services, notamment la vente de tickets de voyage, l’accompagnement des clients dans l’acquisition des visas, le guide touristique, le domaine transit-Douane, l’import-export, la création d’entreprise, le suivi comptable-fiscal, CNSS, le montage des dossiers-crédits, le montage des business-plans. Nous faisons également dans la négociation des marchés dans tous les domaines, l’assistance commerciale…Ce sont autant de services disponibles pour nos usagers.

Quels conseils donneriez-vous aux autres jeunes sur la question de l’entrepreneuriat ?

Pour ma part j’invite la jeunesse gabonaise au métier de l’entrepreneuriat. Il  faut le dire, l’entrepreneuriat paie et permet ainsi l’autonomisation. C’est un domaine promoteur du développement du pays et permet d’éradiquer la montée du chômage.