Briguant le deuxième arrondissement de la commune d’Oyem dans le cadre des législatives du 06 octobre prochain, Estelle Ondo (photo), par ailleurs ministre de l’Industrie, de l’Entrepreneuriat national chargée de la Décennie de la femme est allée récemment présenter son programme politique au natifs de cette cité, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, située au nord du pays.

En sollicitant leurs suffrages, Estelle Ondo a fait savoir aux populations de cette localité que sa maturité politique constitue un argument pour combler certaines de leurs attentes. Ainsi, au terme d’un passage en revue de la situation socio-économique et politique de cette ville, elle a indiqué que la cité était à la croisée des chemins. Mais qu’avec les prochaines élections législatives et locales, il s’agira de faire le bon choix, afin qu’Oyem puisse continuer sa longue marche vers le progrès, dans la confiance, et la paix.

C’est un choix, a-t-elle précisée qui permettra de faire en sorte qu’Oyem cesse d’être cette ville où les valeurs morales ancestrales sont désormais mises à rude épreuve, ou encore cette ville qui, au plan social, renvoie l’assistance des personnes du troisième aux calendes grecques ; les veuves et les orphelins à l’abandon de plus en plus, et les jeunes filles mères et les enfants livrés à eux même.

Pour inverser la tendance, la candidate a aussi fait appel à la solidarité légendaire qui a toujours fait la force de cette cité septentrionale, mais qui tend à s’étioler à cause des clivages, des clans politiques et des démons de la division qui refont surface et qui menacent la cohésion et la paix sociale dans les villages, la ville, et partant toute la province.

Pour défendre la cause de la ville d’Oyem, Estelle Ondo a présenté ses arguments. «C’est pourquoi depuis deux ans, je travaille inlassablement en parfaite harmonie avec les responsables de la Commune d’Oyem en leur apportant mon soutien multiforme en guise de contribution au développement de cette ville qui nous est tous chère. Car, ensemble, nous pouvons parvenir à faire de notre ville, l’une des plus belles du Gabon, indépendamment de nos positionnement politiques».

A son actif, elle a égrainé, les multiples actions multiformes au bénéfice des populations d’Oyem grâce à la volonté du président Ali Bongo Ondimba. Elle a entre autres mentionné la réhabilitation de certaines voies, la remise des bancs aux églises, des formations gratuites à plus de 300 jeunes pour leur permettre de passer le concours du permis de conduire ; la restauration des écoles publiques ; l’organisation des cours de soutiens aux candidats au BAC et au BEPC ; des actions citoyennes de lutte contre l’insalubrité par le ramassage des ordures ménagères dans toute la ville ; la mise en place du concours du quartier le plus propre d’Oyem.

Pour le futur, la candidate s’est engagée à poursuivre cette œuvre débutée ensemble et achever tous les projets en cours et en réaliser bien d’autres au bénéfice de cette belle cité. Ainsi, elle aura comme pour principaux chevaux de bataille : l’amélioration des soins de santé dans les hôpitaux de la ville ; le combat contre le chômage des jeunes et l’insécurité ; la création des petites unités agricoles et activités génératrices de revenus pour les femmes et des encouragements aux jeunes enfants en difficulté scolaire.

Sa seule vision pour cette cité, a-t-elle conclue, c’est « le développement d’Oyem ; sa seule préoccupation : l’épanouissement des populations d’Oyem ; son seul parti : Oyem ; sa seule idéologie : Oyem ; mais ses deux passions : Dieu et Oyem ».