Dans un entretien accordé à la presse cette semaine, le gouverneur de la province de la Ngounié, Benjamin Nzigou, est longuement revenu sur les effets induits, ainsi que sur les attentes des populations sur la présence de la Société Olam dans sa circonscription administrative.

Pour la première autorité administrative de la quatrième province du Gabon, «la présence d’Olam dans la Ngounié a sans doute permis de booster l‘activité économique mais également, de redéfinir les perspectives de développement de cette partie du pays».

Mais au-delà de cette émulation économique, il relève néanmoins que l'arrivée d'Olam a été vectrice d’un certain nombre d’avatars tel que l'insécurité dans la ville de Mouila. «La concentration humaine appelle forcément des problèmes, notamment d'ordre sécuritaire. Et, aujourd'hui, je crois que les pouvoirs publics ont pris la mesure de la chose. Il y a que nous attendons mettre en place certains fondamentaux, pour mettre rapidement en œuvre les projections du gouvernement en matière sécuritaire dans la ville de Mouila», a-t-il déclaré.

Dans cette logique, Benjamin Nzigou invite la filiale gabonaise de la singapourienne Olam international à améliorer certains aspects dans le cadre des activités à Mouila. Il met notamment en avant, les problèmes liés à la sous-traitance. «Nous souhaiterions que les Gabonais soient les premiers sous-traitants. Nous sommes en train de tout faire pour voir à quel niveau les sociétés de prestation sous contrat avec Olam soient majoritairement gabonaises. Nous n'en voulons à aucun expatrié, mais nous pensons qu'à un moment donné, la priorité doit être donnée aux Gabonais», souligne-t-il.

De manière prospective, Benjamin Nzigou, comme d’ailleurs la plupart de ses administrés, souhaite que Mouila devienne la future capitale de l'or rouge au Gabon et partant du continent tout entier. Pour appuyer sa vision, il a indiqué que «La plus grande plantation d'Olam se situe dans la Ngounié. Nous avons foi en ce qui va se passer dans les années à venir parce qu'il y a des projections».

Au cours de cet entretien, Benjamin Nzigou, a aussi trouvé l‘occasion idoine pour revenir sur la polémique qu’a suscité l‘implantation d’Olam dans sa province. «Je pense que c'est une bonne chose. Vous savez combien de fois le projet Olam a suscité des histoires de folie. Aujourd'hui, nous voyons beaucoup de personnes se rendre comptent que le chef de l'Etat ne s'est pas trompé».

Au terme de cet entretien, il a lancé une invite aux populations de se détourner de l’instrumentalisation. «Heureusement pour nous, les populations sont conscientes qu'il vaut mieux s'associer à cette entreprise pour réaliser le développement de leurs localités.», a-t-il conclu.