Pour le président du Conseil national de la jeunesse (CNJ), il faut réinventer le modèle gabonais auprès des jeunes en mettant au-devant de la scène des ‘’success story’’. Ces hommes et femmes qui ont réussi dans le privé, et entrepreneuriat, loin de la politique.

Le président du Conseil national de la jeunesse (CNJ), Stephen Ondias s’est récemment exprimé sur l’inquiétude qui mine la société dans son entièreté, après l’annonce des mesures  gouvernementales sur la réduction du train de vie de l’état. Le président du CNJ, justifie sa sortie par le fait du manque de modèle au Gabon. Pour lui le modèle de réussite a toujours été incarné par l’homme politique, ou un haut poste au niveau de l’administration publique. « Or, l’histoire nous le prouve, les nations fortes ne se sont pas développées grâce au secteur public. Ceux qui réussissent dans le monde ne sont pas les hommes politiques ou publics », affirme-t-il.

Aussi le jeune leader affirme-t-il, qu’il est indispensable, aujourd’hui de réinventer le système social gabonais, le modèle gabonais aux yeux de ces jeunes. Ce qui passerait par la mise en avant des hommes et femmes qui ont évolués dans le domaine du privé, de entrepreneuriat, appelés « success story » par les anglais. « Aujourd’hui, il serait opportun et judicieux de pouvoir faire la promotion de ces exemples pour que les jeunes puissent s’en inspirer », précise-t-il. 

A côté de cette idée, Stephen Ondias relève l’apport dans l’économie nationale, des niches importantes de petits métiers qui se trouvent entre les mains de « nos frères étrangers ».  Un pan de l’économie, qui selon lui pourrait être occupé par les jeunes. Aussi appelle-t-il les autorités à en faire la promotion  et à prendre des mesures incitatives nécessaires pour que les jeunes puissent s’orienter dans ce secteur d’activité afin de  contribuer à leur niveau à l’assainissement des finances publiques. Une étape indispensable à l’atteinte des objectifs que se fixent les Gouvernement notamment l’Emergence au Gabon à l’horizon 2025.