Le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a présidé, une réunion interministérielle consacrée à l’amélioration du cadre des affaires au Gabon 

« Comment renforcer l’attractivité économique au Gabon ? » Le chef du gouvernement, les ministres de l’Economie, des Investissements privés, des Petites et moyennes entreprises, le coordonnateur du Bureau de coordination du Plan stratégique Gabon émergent (BCPSGE), et d’autres participants ont tenté de répondre à cette question 19 décembre 2017 au cours d’une réunion interministérielle consacrée à l’amélioration du cadre des affaires au Gabon.

Ils ont débattu des questions inhérentes à la loi sur le mécénat et le parrainage en République gabonaise, aux zones d’investissement spéciales, le projet d’harmonisation des procédures de contrôle, notamment les brigades communes. Mais aussi, le passage de l’informel vers le formel, ainsi que la dématérialisation et l’autonomisation du guichet unique de Nkok.

Emmanuel Issoze Ngondet a une fois de plus mis en exergue l’intérêt que le président de la République Ali Bongo Ondimba « accorde à l’amélioration du climat des affaires et à l’attractivité économique de notre pays ». D’où la nécessité de « créer les conditions d’un environnement propice à l’investissement privé, la poursuite de la dématérialisation des procédures fiscales et le développement d’un système intégré d’information de l’administration ». Des conditions essentielles à l’amélioration du climat des affaires au Gabon.

Pour le Premier ministre, le Gabon « doit donner corps au dialogue public-privé et promouvoir des partenariats fructueux avec les milieux d’affaires ». Il est question d’aboutir à la mise en œuvre effective du Plan de relance de l’économie (PRE).

Le climat des affaires au Gabon est source de préoccupations. Malgré les actions entreprises par les autorités pour l’améliorer, le « Doing Business 2017 » de la Banque mondiale publié en octobre dernier classait le Gabon parmi les mauvais élèves, au 167e rang mondial.