Une performance qui n’a pas beaucoup évolué au cours des deux dernières décennies.

D’après le rapport 2017 de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), rendu public le 5 juillet dernier sous le thème « Le tourisme au service d’une croissance transformatrice et inclusive », la contribution totale du tourisme au produit intérieur brut (Pib) est de 2,4% au Gabon. Cela fait de cette République d’Afrique centrale un des pays qui dépendent le moins du tourisme, à l’instar de la RDC, du Niger ou encore du Nigeria et de l’Angola, tous exportateurs de pétrole.

L’analyse faite de cet apport au Pib démontre que malgré ses potentialités énormes, le tourisme est encore loin de participer au développement économique du Gabon. Des réformes, sur les plans institutionnel et infrastructurel, sont effectuées ces dernières années par le gouvernement pour promouvoir et booster les activités touristiques qui stagnent depuis près de deux décennies.

Selon les statistiques de la CNUCED, la terre gabonaise a accueilli, entre 2005 et 2008, un peu plus de 269 000 arrivées de touristes internationaux, alors qu’elle accueillait environ 158 000 entre 1995 et 1998. Le peu d’arrivées témoigne de ce que le Gabon, comme la plupart des pays d’Afrique centrale, dépend très peu du tourisme. Mais, aussi que le tourisme est moins important dans les pays où les infrastructures d’accueil sont peu développées.

Il parait cependant important de souligner que les statistiques 2011-2014 sur le Gabon, qui proviennent de l’Organisation mondiale du tourisme, ne sont pas contenues dans ce rapport. Mais, la donne n’a pas beaucoup changé puisque les statistiques des autorités gabonaises indiquaient en 2016 que les activités touristiques ont représenté 2,8% du Pib au cours de l’année 2014.