La décision du gouvernement gabonais de la mise sous bons de caisses des fonctionnaires pour le mois de juillet, suscite de nombreuses interrogations. Une situation qui a emmené Fabrice Bongo Ondimba, le Directeur général du budget et des finances publiques (DGBFIP), à monter sur le créneau. 

Pour mettre à plat le fichier de la fonction publique gabonaise et le contrôle de la présence effective des agents publics à leurs postes, le gouvernement gabonais a décidé de la mise sous bons de caisse de tous les fonctionnaires gabonais, pour le mois de juillet 2018. Selon le DGBFIP, Fabrice Bongo Ondimba, la décision portant mise sous bon de caisse de tous les fonctionnaires à la fin du mois de juillet, ne se fera pas de façon hasardeuse. Elle se matérialisera par une organisation concertée des ministères en charge du Budget et de la Fonction publique, de sorte que l’opération se déroule bien.

Pour cela, il est donc prévu, que la direction de la solde édite et ventile les bons de caisse vers les centres de gestion des ressources humaines chargés de procéder à toutes les vérifications nécessaires. De même, le DGBFIP, Fabrice Bongo Ondimba a rassuré les banques du fait que, des mesures seront prises pour les agents publics ayant contractés des crédits.

« Une réunion tripartite s’est tenue entre l’APEC, la DGBFIP et la DGCPT pour prendre en compte toutes les modalités pratiques sur ce sujet et rassurer nos partenaires du secteur financier et bancaire », a-t-il confié. Au sortir de cette réunion, un dispositif de contrôle a été mis en place pour le remboursement des crédits contractés par les agents publics, pour veiller au respect de leurs engagements dans les banques et autres établissements financiers. Des sanctions seront prises à l’encontre de tous ceux, agents publics qui ne respecteront pas leurs engagements pris auprès des établissements financiers et bancaires