Le 25 juin dernier, les membres du gouvernement ont pris part au séminaire gouvernemental sur les partenariats public-privé (PPP). L’objectif étant de sensibiliser et de former ces responsables des départements ministériels sur les mécanismes de ce mode de financement. 

Organisé par le ministère de la Promotion des Investissements, les membres du gouvernement réunis autour du Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet, ont pris une part active au séminaire d’appropriation du mécanisme partenariat public-privé (PPP). Ce séminaire gouvernemental avait pour but de sensibiliser et former les premiers responsables de départements à ce nouveau mode de financement, afin qu’ils puissent maitriser les spécificités juridiques et la typologie des projets adaptés à ce type de partenariat.

Le PPP est considéré comme un outil à la disposition de la relance de l’économie, et le secteur privé représente un levier important dans ce programme. L’examen des textes, ainsi que sa mise en place, constituent une étape importante dans l’appropriation de cet organe de pilotage. Dans cette perspective, «il était question pour les membres du gouvernement, premiers décideurs de l’administration, d’appréhender les contours juridique, économique, financier et technique de ce mécanisme», a déclaré le chef du gouvernement.

A cet effet, plusieurs thématiques ont été abordées au cours du séminaire, dont «Politique et stratégie PPP : quel est le rôle des PPP dans le développement des infrastructures au Gabon ?», «Identification et priorisation des projets : quels projets prioriser pour un développement en PPP et pourquoi ?». De même, «Gestion des suivis : comment garder la maîtrise publique du projet?»; «Soutenabilité budgétaire et financière : Comment assurer la maîtrise de la dette publique et mettre à profit les véhicules existants ?».

Sur cette base, le Premier ministre a estimé le mécanisme pertinent. «Son principal avantage est de ne pas accroître l’endettement de l’Etat dans un contexte où la disponibilité du financement public est restreinte». Les PPP constituent une nouvelle approche pour répondre favorablement au déficit en matière d’infrastructures structurantes de qualité. Le Gabon, dans sa démarche de se doter des infrastructures structurantes (routes, aéroport, port, etc.), s’est engagé à actionner le levier des PPP pour impulser son développement économique émergent.

Toutefois, «bien que les PPP représentent un outil de choix pour le développement des infrastructures au Gabon, l’outil n’est pas nécessairement adapté à tous les projets et il est important d’en saisir les atouts, mais aussi les inconvénients, avant de le déployer à grande échelle», a indiqué Jean-François Arsenault, expert du Cabinet CPCS mobilisé pour la circonstance.