Pour renforcer les acquis des différents responsables en matière de gestion de la dette, un atelier de formation initié par AFRITAC Centre (FMI) se déroule depuis le début de la semaine dans la capitale gabonaise.

Les cadres du Fond monétaire International (FMI) de la sous-région, en formation, depuis lundi dernier à Libreville, s’imprègnent des modalités de gestion de la dette, dans les pays à faible revenu, sous le thème : ‘’la viabilité de la dette à faible revenu’’, a constaté l’Agence gabonaise de presse (AGP).

Selon le conseiller résident en gestion de la dette à Afritac Centre, Soltani Chaker : « il s’agit ici d’améliorer la visibilité des cadres sur l’évolution de l’endettement public et de se prémunir des risques de surendettement.», a-t-il indiqué. Ce responsable qui a aussi expliqué que « cet outil est utilisé à la fois par la Banque mondiale et le Fond Monétaire International et il sera mis à la disposition des pays concernés, afin d’améliorer leur pratique de gestion de la dette et aider les gouvernements à avoir un meilleur calibrage des objectifs économique et social d’une part. La viabilité de la dette, de manière particulière et la viabilité des finances publiques de manière générale, d’autre part ».

«Ces modalités de gestion seront mises en vigueur à compter du mois de juillet 2018 », a-t-il précisé. Près de 15 cadres du FMI prennent part à ce séminaire, notamment ceux du Tchad, du Cameroun, de la République centrafricaine (RCA), de la République du Congo, de la République démocratique du Congo (RDC), de Sao tomé et Principe et de Djibouti.