Le 9 avril dernier, le vice-président de la République gabonaise, Pierre-ClaverMaganga Moussavou, a reçu en audience, des hommes d’affaires espagnols pour discuter de la construction de deux usines de recyclage des ordures ménagères.

Après une première audience qui a eu lieu en mars dernier, le vice président de la République gabonaise, Maganga Moussavou a reçu, le 9 avril courant la une délégation de l’entreprise espagnole, Actuatech. Elle envisage la construction de deux usines de traitements des ordures ménagères à Libreville et à Port-Gentil, solution à la problématique de l’insalubrité dans le pays.

« Nous nous sommes entretenus avec le vice-président  sur des sujets qui concernent notre premier voyage. Voir dans quelle mesure nous pourrons démarrer le projet qui concerne la construction de deux usines de traitements d’ordures ménagères à Libreville et à Port-Gentil », a déclaré José Ludy Marijuan, représentant d’Actuatech.

Un projet entièrement financé par l’entreprise elle-même et qui s’inscrit en droite ligne avec la vision des autorités gabonaises en matière de gestion des ordures mais surtout, en matière de transformation des déchets en engrais et en énergie, un plus pour les secteur agricole et énergétique gabonais d’autant plus que, ceux-ci, si le projet arrive à terme, seront revendus à la société d’eau et d’énergie du Gabon.

Notons qu’en plus de cette entreprise, plusieurs autres entreprises internationales ont frappé à la porte du Gabon à la conquête du marché de la gestion des ordures au Gabon. Seulement, Actuatech, qui est à son deuxième rendez-vous en l’espace de trois mois, semble avoir réussi à attirer l’attention des autorités gabonaises sur ce qu’elle propose.