Cette initiative s’inscrit dans le cadre la coopération bilatérale entre les deux pays et le centre va accueillir près de 1 000 élèves pour la rentrée prochaine.

Dans le cadre de son soutien à la relance de la croissance du Gabon, la Banque africaine de développement (BAD) vient d’engager un important appui budgétaire, d’opération et de programmatique à l’endroit du pays.

C’est ce que révèle le cabinet Euler Hermes, le leader mondial de l’assurance-crédit dans sa dernière analyse de l’économie africaine.

Après avoir taxé de « rigolade » cette idée, le ministre de l'Economie donne plus de précisions sur les éléments qui sous-tendent l’appui du Fonds monétaire international.

Une performance qui n’a pas beaucoup évolué au cours des deux dernières décennies.

Près de 9 700 jeunes seront encadrés dans le projet, sur 5 années, avec pour objectif de réduire l’inadéquation entre les formations et le marché de l’emploi.

Désormais à B3, cette mauvaise note est due à la détérioration des finances publiques et aux tensions de trésorerie, selon l’agence américaine.

Face aux nombreuses réactions qui ont suivi l’annonce de l’approbation du programme que le Gabon a décemment conclu avec le Fonds monétaire international, la Direction générale du budget et des finances publiques apporte des éclairages afin de lever toute équivoque.

Les jalons de cette nouvelle dynamique ont été posés ce dimanche 9 juillet 2017, par le ministre de la Santé publique et de la Population, le Pr. Léon Nzouba, et son homologue cubain, Dr. Roberto Morales Ojeda.

Cette volonté s’est manifestée dans les différents entretiens que le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a eu avec les autorités cubaines.