Vivo Energy vient d'annoncer avoir conclu un accord avec Engen Holding pour s'étendre dans neuf pays africains. D'un montant de 256 millions de dollars soit près de 143,84 milliards de francs CFA, cet accord permet à la société exploitant la marque Shell, d'acquérir près de 300 stations-services de Engen sur le continent en contrepartie d'une ouverture dans son capital.

Le tribunal de première instance de Port-Gentil vient de se prononcer dans l’affaire opposant, Total Gabon et l’ONEP. 

C’est ce qu’indique la cartographie des principaux acteurs pétroliers du pays.

Dans un communiqué signé le 19 juillet et adressé aux employés de total Gabon, en grève depuis le 9 juillet dernier, l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) annonce la suspension de mouvement dans l’attente d’une réponse concrète de leur employeur.

Dans l’optique de trouver des solutions à la crise qui sévit à total Gabon, le ministre du pétrole, Pascal Houagni Ambourouet, a rencontré, le week-end dernier à Port-Gentil, les parties concernées par celle-ci. Cependant, toujours pas de solutions en vue.

Cette décision a été prise après avoir subventionné le pétrole lampant à hauteur de 5 milliards de francs CFA, en 2017.

Dans une correspondance adressée au ministre du Travail, Arnaud Engandji, les employés de total Gabon, par l’ONEP, accusent leur employeur d’entraver leur droit de grève, en remplaçant le personnel gréviste par celui d’entreprises extérieures.

Le pays, avec 198 000 barils par jour arrive au huitième rang des pays africain producteur de pétrole

Un jour de grève à total, une réelle perte financière pour l’entreprise. C’est pour limiter les dégâts de celle-ci que le ministre du Travail, Arnaud Engandji s’est, depuis le 2 juillet courant, impliqué dans les négociations. Seulement, malgré cette implication, la situation demeure au statu-quo.

C’est le moins que l'on puisse retenir au terme des Assemblées générales décisives des employés de Total Gabon tenues les 23 et 25 mai 2018, sur les sites et à la base de Port-Gentil. Lesquelles assemblées ont permis aux salariés de faire le bilan des négociations qui se sont déroulées entre mi-avril et début mai 2018, avec la direction générale. 

C’est l’essentiel que l’on puisse retenir de la conférence de presse donnée le 1er juin dernier par l’ancien directeur des ressources humaines de la société ESS Gabon, Romaric Massobida.