Il s’agit d’un programme d'installation de kits solaires entièrement financé par la Caisse de dépôt et de consignation (CDC).

Pour permettre l’électrification des zones rurales et pour alléger les populations qui font de grosses dépenses en carburant domestique, le ministre de l’Eau et de l’énergie, Patrick Eyogho Edzang, a annoncé, le 7 mars dernier courant, le lancement prochain du projet B.Boxx. Une solution déjà développée dans 150 pays à travers le monde, dont le Kenya, le Rwanda et le Nigéria. Bambouchine, Malibé et Montalier constitueront les premières étapes de ce projet avec l’installation d’un lot de 2000 kits solaires déjà en cours de livraison.

« Le développement de ce projet viendra mettre un terme aux dépenses faramineuses effectuées par les populations vivants dans ces zones non électrifiées qui dépensent près de 80 000 FCFA pour l’achat du carburant, des huiles et autres afin d’alimenter les groupes électrogènes et lampes tempêtes.», a confié Eyogho Edzang.

Entièrement financé par la Caisse des dépôts et de consignations (CDC) à hauteur d’un milliard, ce projet a pour objectif d’accompagner l’exécutif gabonais dans l’amélioration du bien-être des populations à travers l’accès à l’électricité. Cependant, selon le directeur général de la CDC, Herman-Régis Nzoundou Bignoumba, il ne s’agit pas d’un don, cet accès à l’électricité se fera moyennant « la très modique somme de 20 à 25 milles francs mensuel. Il s’agira donc d’acquérir du matériel électroménager fonctionnant au solaire », a-t-il indiqué.

Notons que, composé de quatre ampoules, une lampe torche baladeuse, d’une antenne, d’un box géo localisateur, d’une télévision 15 pouces et d’une radio, le kit B.Boxx solaire cours sur une période de 10 ans. Renvoyant aux énergies renouvelables, ce projet sera défendu le 11 mars prochain à New delhi par Ali Bongo au cours du sommet, « Alliance solaire international ».