Cette initiative devrait permettre à maîtriser les fuites d’eau et mettre en conformité les réseaux et les branchements dans les quartiers pour une meilleure efficacité.

Le 8 février 2018, le maire de Libreville, Rose Christiane Ossouka et le directeur général de la Société d’eau et d’énergie du Gabon (SEEG), Antoine Boo, ont échangé à propos afin d’améliorer la production en eau et en électricité de la ville de Libreville. 

Ils entendent ensemble, mettre en place un plan d’actions pour lutter contre les fuites d’eau et mettre en conformité les réseaux et les branchements dans les quartiers pour une meilleure efficacité.

« Nous allons faire en sorte de répondre aux demandes, à la fois en eau et en électricité, que nous soumettent les populations à travers ces petites extensions (…). Nous renforçons le partenariat avec la mairie de Libreville, afin que toutes les fuites d’eau puissent être signalées et réparées en temps utile. De façon à pouvoir faire bénéficier à l’ensemble de la population de l’eau qui est disponible sur la commune de Libreville », a confié le directeur de la SEEG, Antoine Boo. 

Un avantage certain pour la population de Libreville qui ne cesse de s’augmenter et qui, selon les prévisions verront leurs demandes de raccordement satisfaites. Cette opération permettra également aux abonnés des zones non-alimentées en eau et en électricité depuis des lustres de pouvoir enfin se connecter au réseau de distribution.

Seulement, suffit-il de lutter contre les fuites pour améliorer la desserte en eau et en électricité ? la question reste entière. A cela se greffe bien évidemment la question de responsabilités de la part des usagers pour éviter les gaspillages.  Car, une récente étude du ministère de l’Eau et de l’Energie a montré que les fuites d’eau constatées sur toute l’étendue du territoire national s’évaluent à plus de 85 000 m3 chaque jour, alors que de nombreux foyers subissent encore les affres des pénuries.