C’était à la faveur d’une cérémonie organisée le 22 décembre 2017 à Lékoko, en République congolaise. 

D’abord annoncée pour septembre 2016, c’est finalement le 22 décembre 2017 qu’a eu lieu l’inauguration officielle de la connexion au réseau à très haut débit en fibre optique entre la République du Congo et celle du Gabon dans le cadre de la première phase du projet Central African Backbone (CAB4).

Fuit de la coopération entre les deux Etats et la Banque mondiale, le projet a une longueur globale de 504 kilomètres de fibre optique, et a coûté près de 15 milliards FCFA avec l’appui de la Banque mondiale.

Le CAB4, qui dégage clairement l’intérêt des investissements dans l’économie numérique pour la sous-région Afrique centrale, vise l’extension géographique du réseau de fibre optique et la réduction du coût des services de communication, dans le cadre de l’intégration sous régionale.

En plus de son objectif principal fondé sur la création d’un réseau en fibre optique reliant tous les pays de la sous-région Afrique centrale, à travers l’ensemble de ses composantes, il vise également la promotion des technologies de l’information et de la communication, la création d’un environnement favorable au développement de l’économie numérique.

Par ailleurs, on s’attend à ce qu’il contribue fortement au développement économique de la sous-région ainsi qu’à l’inclusion numérique. Les opérateurs des services, opérateurs télécoms, de télévision et de radio, les prestataires de services, fournisseurs d’accès à Internet, fournisseurs de SVA, services à valeur ajoutée, PME et entreprises des technologies de l’information et de la communication (...) sauront tirer parti de cette infrastructure.

L’accomplissement de ce projet entre le Congo et le Gabon, lancé il y a six ans, ne constitue qu’une étape de la matérialisation des ambitions des dirigeants d’une dynamique numérique sous régionale. En plus de la pose de la fibre optique, le projet CAB4 prévoit la construction des centres techniques et l’interconnexion avec le Congo, le Cameroun et la Guinée équatoriale.