TIC

C’est ce qui ressort de l’étude Africascope 2017 menée par un cabinet de sondage français entre septembre 2016 et juin 2017 qui démontre ce désamour alors que 93% de ces Gabonais sont devant leurs écrans de téléviseurs 4 heures en moyenne par jour.

C’est la matérialisation d’une convention signée en juillet 2016, entre le ministère de l’Education nationale, Gabon Telecom et l’Union gabonaise de banque (UGB).

La dénonciation est faite par l’Agence qui déplore que le Réseau de l’administration gabonaise fait l’objet de plusieurs dégradations de ses installations.

Le Congo a été désigné comme point d’échange internet dans la sous-région. Rejoignant le Gabon qui avait déjà été désigné point internet pour l’Afrique centrale il y a deux ans par l’Union africaine.

C’est la reconnaissance des efforts consentis par les autorités gabonaises dans le secteur des nouvelles technologies de l’information.

L’accord entre les deux partenaires vise à accélérer le raccordement des populations gabonaises au FTTH.

Représentant le président de la République, le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet a présenté les actions mises en œuvre pour promouvoir le développement des TIC au Gabon et mutualiser l’intégration régionale du numérique en Afrique. 

Dénommée XL Africa, cette initiative de la Banque mondiale est un programme d’apprentissage sur mesure, pour donner une visibilité régionale aux start-ups participantes et leur servir de relais auprès des investisseurs et potentiels partenaires. 

Le ministre délégué à l'Economie numérique a rencontré plusieurs acteurs du secteur du numérique qui ont manifesté leur volonté d'initier des projets dans le pays.

La plateforme numérique propose une organisation axée sur les activités de la fondation pour valoriser les projets mis en œuvre au bénéfice des communautés.