TIC

C’était à la faveur d’une cérémonie organisée le 22 décembre 2017 à Lékoko, en République congolaise. 

Prévu pour le Centre technique 1 (Ct1) Libreville, la cérémonie de lancement officiel du central Africa (CaB4) s’est finalement tenue au Centre technique 2 dans la commune d’Owendo. 

Les deux entités ont procédé ce 21 décembre 2017 à la signature d’une convention de sécurisation mutuelle entre les deux câbles de fibre optique sous-marins SAT-3 et ACE qui relient le Gabon et l’international. 

L’assemblée générale constitutive de la société de gestion du premier incubateur du numérique au Gabon a défini les missions et les objectifs de cette institution. 

Les participants ont eu droit à des éclaircissements pour savoir les outils à utiliser pour créer un projet de collecte de données. 

Une convention a été signée entre le gouvernement et l’entreprise KT corporation pour effectuer ces travaux d’extension. 

Avec Sao Tomé &Principe, le Gabon sauve l’honneur de la sous-région qui semble piétiner dans ce domaine des Technologie de l’information et de la communication.

Le gouvernement gabonais vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation des études préalables aux travaux de la deuxième phase, immédiatement après la finition de la première en cette fin d’année. 

Décidé en 2008 lors d’une réunion des pays de la CEMAC, le projet Backbone au niveau de la partie gabonaise va ainsi connaitre la fin de sa première phase. En attendant de continuer à se déployer pour assurer l’interconnexion par fibre optique avec les autres pays de la sous-région. 

Selon le ministre d’Etat, en charge de l’Economie numérique, Alain-Claude Bilie-by-Nze, la première phase du projet CAB4 sera inaugurée le 22 décembre.  

Créée en 2011, l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (ANINF) a su s’investir dans la concrétisation du Gabon numérique contenu dans le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE).