En réunion à Libreville depuis le 16 octobre, le sous-comité Opération et maintenance (O&M) du consortium Africa coast to Europe (ACE) prépare entre autre, son budget 2018 avec en ligne de mire, la réduction des coûts de connexion internet.

Cette réunion intervient après la 17e du sous-comité Assignment, Routing & Restauration d’octobre 2016 à Libreville et se veut budgétaire. Elle s’achèvera le 20 octobre 2017, et table sur les budgets du consortium pour l’exercice 2018, afin de parvenir à une réduction des coûts de la connexion internet pour réduire la fracture numérique.

Pour le vice-président du Comité, Gildas Martial Houessinon, « c’est l’occasion de travailler sur le budget d’exécution de 2016, de préparer celui de 2018 et de passer en revue les éléments qui ont été actés lors du dernier comité de direction, le Management commitee ». Soit, « une réunion préparatoire au comité de gestion qui aura lieu en décembre prochain au Bénin ». 

A en croire ses propos, ce sous-comité O&M  se doit de garder opérationnel ce qui a été mis en place par le câble ACE. Il gère la relation avec les fournisseurs impliqués dans l’exploitation de ce câble sous-marin, à l’instar de 20 CMA partenaire pour la maintenance du câble entre Sao-Tomé et Principe et l’Afrique du Sud ainsi qu’Alcatel Sub-Marine chargé de la maintenance du système, qui prennent par ailleurs part aux travaux de Libreville.

Selon le vice-président, le sous-comité O&M s’est donné pour « mission de ramener le budget d’exploitation du câble ACE au plus bas possible afin d’offrir à la population africaine l’accès internet le moins cher ». Estimant que le développement numérique passe par l’accès à la fibre optique sous-marine, il a assuré que « les câbles sous-marins transportent aujourd’hui 99% du trafic Internet international ». 

Ce qui aurait un fort impact socio-économique, notamment au Gabon. « Le câble ACE permet d’améliorer significativement l’accès à la connexion aux populations gabonaises, et de réduire la fracture numérique, notamment entre le Gabon et le reste du monde » a déclaré Marlon Franck Olandou, d’Axione Gabon. 

« Il apporte de nouveaux services à valeur ajoutée, tels que la télémédecine, la télévente et le développement d’une économie du numérique » a-t-il poursuivi en soulignant que l’ACE ouvre des perspectives aux jeunes Gabonais en termes d’emplois. « C’est à ce câble que l’on doit la réduction du coût de la connexion Internet au Gabon » a-t-il signifié.