Les résultats d’une étude menée par un laboratoire américain classent le pays dernier en termes de débit de téléchargement des données sur internet. L’étude est néanmoins contestée par d’autres institutions et des utilisateurs. 

Selon une étude du laboratoire américain Measurement Lab (M-Lab), rendue publique en août 2017 et qui évalue les vitesses de téléchargement haut débit dans 189 pays dans le monde, le Gabon est le pays en Afrique qui a le plus faible débit de téléchargement. 

Sur les 35 pays africains concernés par cette étude, il vient au 35e rang (185e mondial) avec une vitesse de téléchargement de 0,41 Mgps. Cela équivaut à dire que pour télécharger une vidéo haute définition (HD) de 7,5 Go, un habitant de Libreville doit patienter 1 jour, 17 heures, 54 minutes et 39 secondes. 

C’est bien loin des 8,83 Mgps du Kénya (1er en Afrique et 51e mondial) où il faut patienter 1h55 environ pour télécharger la même vidéo. En Afrique centrale, le Cameroun arrive en première position avec  0,97 Mbps. Les auteurs du rapport indiquent qu’il faut environ 17 heures et 37 minutes pour télécharger une vidéo HD de 7,5Go dans ce pays.

Il faut cependant noter que l’étude en question est contestée par de nombreux pays européens. L’Autorité maltaise des communications (MCA) relève par exemple que la méthodologie de M-Lab pourrait dévoyer la réalité, dans la mesure où elle ne prend pas en compte la différenciation entre les connexions mobiles et les lignes fixes. 

Pour revenir au Gabon, un cadre d’un opérateur des télécoms à Libreville rappelle qu’en fin 2013, l’indice « Net Index » classait le pays au 7e rang en termes de vitesse de connexion internet (téléchargement et téléversement) avec une vitesse de 5,82 Mbps. « Entre temps, durant les trois dernières années, le Gabon a amélioré ses infrastructures numériques et il serait tout de même difficile de penser que nous avons plutôt régressé sur le plan du débit », conclut-il.