Il prévoit l’utilisation des infrastructures de transport d’énergie électrique pour raccorder directement les usagers à l’internet très haut débit par fibre optique aérienne.

L’Etat gabonais, représenté par le ministère de l’Eau et de l’énergie, la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), filiale de Véolia, et le groupe Vivendi Africa (Vivendi) ont signé  un accord tripartite vendredi 18 août 2017 pour le déploiement de la fibre optique aérienne au Gabon. Cette convention tripartite prévoit l’utilisation des infrastructures de transport d’électricité, exploitées par la SEEG, pour accélérer le raccordement des usagers à l’internet très haut débit via le réseau Fiber to the homme (FTTH). 

La FTTH ou encore « fibre jusqu’au domicile » est une technologie qui permet à l’abonné d’être directement raccordé par une fibre optique de « bout en bout » entre le nœud de raccordement optique et le lieu d’usage. Elle garantit des vitesses élevées constantes, sans affaiblissement ni perturbation électromagnétique. Contrairement à la paire de cuivre et aux technologies ADSL qui subissent une atténuation importante au bout de quelques kilomètres, le signal de la fibre optique ne décline presque pas avec la distance.

Cette technologie va permettre à des centaines de milliers de gabonais d’être connectés directement à l’internet haut débit, avec des problèmes de réseau moins importants comme on en voit parfois. Les infrastructures de transport d’électricité de la SEEG permettront de faire parvenir la FTTH dans les foyers et même les entreprises. 

L’on annonce le démarrage des travaux de ce projet dans les tous prochains jours. Le projet est entièrement financé par Vivendi Africa, selon les termes du cahier de charges défini par l’ARCEP. Le directeur de Vivendi au Gabon, Mamadou Mbeng, précise que dans un premier temps, la FTTH sera effective à Libreville et sa banlieue, notamment Akanda et Owendo. Il rassure aussi que les usagers seront facturés à des prix défiant toute concurrence. 

L’accord tripartite constitue en tout cas un aboutissement heureux. En janvier dernier, le groupe Vivendi Africa, filiale de Bolloré, avait annoncé avoir décroché auprès de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) une licence télécoms qui lui permet de déployer la fibre optique au Gabon. 

Le groupe s’était rapproché de Veolia et un premier accord avait été conclu en mars 2017 entre les parties prenantes pour déployer la fibre optique en se servant des poteaux et pylônes électriques de la SEEG. Mais, cette dernière finit par dénoncer ladite convention. Assurément, les rapports semblent s’être aplanis entre les deux entreprises après plusieurs discussions. Au grand bonheur des Gabonais qui en profiteront…