Cet emprunt vient en soutien au plan de relance de l’économie mis en œuvre par l’Etat gabonais. 

Le gouvernement vient de lancer un emprunt obligataire de 100 milliards FCFA par appel public à l’épargne sur le marché financier sous régional. Les fonds récoltés, indique-t-on, devront servir à la construction et à  l’équipement des salles de classes, la construction des centres de formation modernes, des travaux routiers sur l’axe PK5-PK12, du renforcement des capacités  du personnel et des structures sanitaires. Mais également, à apurer la dette intérieure.

Dans le cadre de la campagne de communication organisée à cet effet en vue d’attirer tous les capitaux extérieurs intéressés par cette opération, la ministre déléguée à l’Economie, Edwige Essoukou Betha, et le directeur général de la Dette, Hugues Mbadinga Madiya, se sont rendus le 17 octobre 2017 à Brazzaville. Au cours de cette sortie, ils ont défendu la crédibilité du Gabon auprès des potentiels souscripteurs.

« Malgré le choc sur les ressources pétrolières, l’économie gabonaise est relativement résiliente, parce qu’il y a de nouveaux moteurs de croissance », a indiqué Edwige Essoukou Betha. Avant d’ajouter que « la structure actuelle de l’économie gabonaise offre un  environnement prometteur. L’Etat gabonais demeure un acteur du marché aux fondamentaux solides, sur lequel les investisseurs de notre sous-région peuvent sans crainte, continuer à porter leurs préférences ».

Le directeur général de la Dette, Hugues Mbadinga Madiya a quant à lui indiqué que cet emprunt autorisé par le FMI, vient soutenir le Plan de relance de l’économie, mis en œuvre par l’Etat gabonais. Une manière pour lui de rassurer les futurs souscripteurs sur la capacité du Gabon à honorer ses engagements.

"Le Gabon est habitué à émettre régulièrement ce type d’opérations sur le marché de la Cémac. Et il n’y a jamais eu de défaut de paiement. Le Gabon a une méthode de référence avec une signature très importante », a-t-il garanti.

Le présent emprunt est fixé au taux d’intérêt de 6,50% par an sur 5 ans, avec 10 millions d’obligations pour une valeur nominale de 10 000 FCFA. Il nécessitera pour sa mobilisation une période de souscription prévue du 17 au 30 novembre 2017.

Toutefois, cette période peut être modifiée en cas de besoin sous réserve de l’approbation préalable de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF), peut-on lire sur le site internet officiel dédié à cette opération.

« Toute personne physique ou morale résidente et non résidente de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, ndlr) », précise le texte. Les souscriptions à cette opération sont ouvertes dans les banques ASCA (Cameroun), BGFI Bank, BGFI Bourse, UBA Gabon, UGB et BICIG (Gabon).