Selon les prévisionnistes, la monnaie sous régionale devrait continuer de s’améliorer face au dollar, jusqu’à la fin de l’année 2017. 

Selon les analystes d’Ecobank Research, cette nouvelle tendance est due au renforcement attendu de l’euro sur la monnaie américaine, le dollar. Un scénario qui, pour les économies des pays africains utilisant le CFA, se traduira par la réduction du coût en monnaie locale de leurs importations et une amélioration sensible et subséquente de leurs balances des paiements.

En effet, le FCFA de la CEMAC a intégré le top 3 des devises d’Afrique subsaharienne les plus performantes depuis le début de l’année 2017, selon l’indice de suivi des monnaies d’Ecobank Research.

Il a évolué 13% par rapport au dollar, occupant ainsi la troisième place en termes de performance ces huit derniers mois. Dans la semaine qui s’est achevée le 4 septembre, la note d’analyse monétaire d’Ecobank Research, révèle selon Ecofin que le FCFA de la CEMAC a progressé de 1,5% et c’est la seule devise d’Afrique subsaharienne, dont la performance a franchi le cap des +1% sur cette période spécifique.

Plus concrètement, le FCFA des deux régions économiques UEMOA et CEMAC, qui ont frôlé la parité de 612 pour 1$, se négocient désormais autour de 550. Cette performance monétaire peut paraître paradoxale, notamment dans la zone CEMAC, où ces économies de faible taille ont été négativement impactées par la baisse des prix des matières premières, leurs principales sources de revenus en devises.

L’explication à cette performance tient au rattachement de ces deux devises à l’Euro, sur la base d’une parité quasi fixe. Ainsi, indépendamment de sa propre performance, un renforcement ou une dépréciation de l’euro sur la devise américaine impacte directement la valeur du FCFA.

En outre, ce renforcement face au dollar contribue en Afrique centrale à renforcer l’équilibre extérieur.