Autrement dit, les transactions par mobile money gagnent du terrain dans les zones UEMOA et CEMAC.

En zone CEMAC, l’on note 4 250 milliards de FCFA de transactions via ce canal. Dans cette zone,  le Cameroun occupe la première place dans les transactions financières par Mobile Money avec 870 milliards FCFA (environ 1,5 milliard de dollars).

Au niveau de la zone de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), l’on a enregistré 7 200 milliards de Francs CFA en 2016 via le mobile money, relève Boa Roger Johnson, directeur général d’Axa Côte d’Ivoire lors de son adresse dans le cadre des états généraux CIMA-FANAF, tenus à A Abidjan du 6 au 9 mars 2018.

A elle seule, la Côte d’Ivoire, leader des deux zones,  enregistre 17 milliards de Franc CFA de transactions par jour. «Nous assureurs, nous ne pouvons pas laisser passer ce jackpot », a déclaré M. Johnson, rappelant les déclarations de l’expert sénégalais Victor Ndiaye, à l’ouverture des assemblées générales de la FANF à Kigali : « quand le vent souffle, il y a ceux qui mettent en place des murs et ceux qui mettent en place des moulins ». Selon GSMA, l’association internationale des opérateurs de mobile, l’Afrique subsaharienne comptait à la fin décembre 2017 près de 338,4 millions d’abonnés mobiles.