L’annonce a été faite à l'Agence Ecofin, par le Directeur en charge des Etudes, de la Stratégie et des Participations, Cesaire Tsinga (photo), en marge du Forum Mondial sur les investissements qui se déroulait du 22 au 26 octobre 2018 à Genève en Suisse.

Selon lui, la finalisation du lancement de ce fonds doté d'un montant de 20 milliards de FCFA, est en cours. Avant d’indiquer que « Nous continuons de travailler à la structuration de ce fonds et nous adaptons au mieux à l'évolution de l'environnement. L'année prochaine nous débuteront avec des rencontres spécialisées pour informer les investisseurs potentiels, mais aussi pour discuter avec eux des avantages qui résident dans les épargnes longues ».

Dans le cadre de ce processus, la CDC-Gabon avait signé en 2016 un accord de principe avec la Société Islamique de Développement (SID), la branche de la banque islamique de développement en charge du secteur privé. L'engagement de ce partenaire international était celui d'une prise de participation, dont le montant officiel n'est pas dévoilé.

Désormais la SID a un nouveau président et semble désormais plus tournée vers des apports en dette, qu'en fonds propres. Si la méthode d'engagement avec la Caisse gabonaise des Dépots et de Consignations n'est pas encore clarifiée, au niveau de cette dernière institution on se prépare à toutes les éventualités. « Comme vous le savez, mobiliser de l'épargne publique en zone CEMAC est soumis à des règlementations strictes, donc il faudra engager toutes les autorités de régulation compétentes », a expliqué Cesaire Tsinga.

La CDC Gabon prévoit que ses ressources seront utilisées pour investir dans des secteurs à forte rentabilité, notamment, celui du marché immobilier gabonais. L'institution reste aussi ouverte à des joint-ventures avec d'autres investisseurs non gabonais, qui serait intéressés par des opportunités qu'offre ce pays désormais tourné vers la diversification de son économie.

Un potentiel qui a été largement défendu dans des Panels africains du forum mondial des investissements, par Ghislain Mboma, le directeur de la promotion des investissements, au sein de l'agence dédié à ce travail au Gabon. « Avec plus de 5% de croissance par an en moyenne, et plus prévu jusqu'en 2020, le Gabon offre de nombreuses opportunités, notamment dans le secteur hors pétrole qui connaît une croissance soutenue », a-t-il indiqué défendant les atouts de son pays