Deux délégations d’hommes d’affaires marocains sont attendues à Libreville dans les prochaines semaines, dans la continuité du Forum tenu à Rabat les  14 et 15 septembre 2017, pour évaluer les opportunités d’investissements. 

Des acteurs économiques ont appelé, jeudi 14 septembre 2017, à Rabat, à la promotion des investissements directs et le renforcement de la dynamique des échanges entre les deux pays, en présence de l’ambassadeur du Gabon au Maroc, Abdu Razzaq Guy Kambogo. 

A cause de la chute drastique des prix du baril de pétrole sur le marché international depuis bientôt quatre ans, les Etats ont considérablement réduit leurs dépenses d’investissements.

Cette disposition rentre dans le cadre des réformes préconisées par le nouveau le patron de ce département ministériel, Jean-Fidèle Otandault. 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les pays européens ne jouent plus les premiers rôles dans les investissements en Afrique. 

Ces fonds, sollicités auprès de deux institutions bancaires internationales, vont permettre de finaliser le projet de développement des statistiques et celui de renforcement des capacités pour l’employabilité des jeunes et l’amélioration de la protection sociale au Gabon. 

Suite au partenariat public-privé qui lie le ministère de l’Habitat, de la ville et de l'urbanisme et la Société One link gabon, une lettre de partenariat a été signée le 23 août 2017 par les deux parties pour matérialiser ce projet. 

L’information est révélée par l’agence Ecofin. Le Gabon a réussi une émission d’obligations internationales qui lui a permis de récolter 110 milliards FCFA (200 millions de dollars US).

La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) vient d’adopter un nouveau plan stratégique 2017-2022 fondé sur la diversification des économies.

Malgré une dynamique extérieure soutenue, se traduisant par la poursuite de la réalisation de grands projets financés par les bailleurs de fonds et d’importants chantiers comme les stades pour la CAN, ou la construction de routes, l’activité économique est demeurée à la baisse en 2016, avec un taux de croissance attendu de 2,1%, contre 2,9% en 2015.