Malgré une dynamique extérieure soutenue, se traduisant par la poursuite de la réalisation de grands projets financés par les bailleurs de fonds et d’importants chantiers comme les stades pour la CAN, ou la construction de routes, l’activité économique est demeurée à la baisse en 2016, avec un taux de croissance attendu de 2,1%, contre 2,9% en 2015. 

En augmentant les investissements dans d’autres secteurs porteurs tels que : l'agriculture et les mines, le Gabon entend considérablement réduire sa dépendance envers le pétrole.

Cet exercice avait pour principal enjeu de fonder un espoir sur l’aboutissement des réformes initiées par le HCI pour une meilleure relance de l’économie gabonaise.

A travers ces financements, les différents projets de développement engagés par le Gabon vont connaître un véritable coup d’accélérateur.

Cet accord de prêt rentre dans le cadre de la mise en œuvre du mécanisme élargi de crédit pour soutenir un programme de relance à moyen terme de l’économie du pays et partant de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC).

Le ministre de l’Economie a expliqué aux parlementaires que ces recettes, qui proviennent des ressources propres et des emprunts, représentent 23% de réalisation par rapport aux prévisions de la loi de Finances initiale.

Les indicateurs macroéconomiques qui définissent les caractéristiques de la dette publique montrent que celle de l’Etat n’est pas un péril pour l’économie gabonaise, contrairement à une certaine opinion qui pense que c’est le cas actuellement.

La question de l'apurement de la dette intérieure était au centre des échanges, entre le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet et la Confédération patronale gabonaise lors d'une rencontre en marge du conseil d'administration de cette organisation.

Il conduit une délégation de personnalités gabonaises en Russie pour participer au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, dans l’optique de renforcer les liens économiques avec ce pays. 

Elle s’avère indispensable pour préserver la stabilité macroéconomique du pays.