L’institution financière sous régionale entend, à travers cet instrument, ouvrir de nouveaux créneaux de crédits à l’Etat gabonais. 

C’est dans un contexte marqué par une nouvelle orientation de la gouvernance de de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), que son président, Fortunato Ofa Mbo Nchama a été reçu en audience le 25 août 2017 par le ministre de Economie, de la prospective et de la programmation du développement durable, Régis Immongault.

Les échanges entre les deux personnalités ont porté sur le rôle de l’institution sous- régionale dans le financement des économies, ainsi que dans certains projets d’envergure au Gabon, à l’instar du projet routier Pk5-Pk12.

Sur le premier point,  le ministre de l’économie a exprimé les attentes des Etats vis-à-vis de la BDEAC pour ce qui est de son rôle dans le financement des économies de la sous-région durant cette période difficile  au cours de laquelle chaque Etat mène des réformes économiques et financières soutenues par les partenaires au développement. 

En réponse, le président de la BDEAC s’est dit conscient de ces enjeux et a sollicité le soutien des propriétaires de la banque (les Etats, la BEAC…) pour appuyer les réformes initiées au sein de l’institution et accroître la mobilisation des ressources devant permettre de financer le développement.

Selon Fortunato Ofa Mbo Nchama, le nouveau plan stratégique 2017-2022 de la BDEAC vise un certain nombre d’objectifs spécifiques : privilégier les secteurs agricoles, agro-industriels, l’élevage, la pêche et la pisciculture ; les projets ayant une composante ou des impacts significatifs en termes de création d’emplois et d’utilisation de la main d’œuvre  locale. Il a par ailleurs indiqué que ce nouveau plan s’inscrit systématiquement dans la logique de co-financement avec d’autres partenaires. 

Abordant le projet de la route PK5-PK12, Régis Immongault et son hôte ont convenu de tout mettre en œuvre pour que le chronogramme arrêté  puisse être respecté afin que ce chantier soit livré dans les délais.

Quid du Plan stratégique 2017-2022

Le plan stratégique 2017-2022 vise cinq grands objectifs opérationnels : financement d’une majorité de programmes transfrontaliers et intégrateurs, particulièrement ceux du Programme économique régional (PER) ; financement de la diversification économique via des projets cohérents avec les plans nationaux de développement et les principaux axes stratégiques des Etats ; préservation de la diversification du portefeuille de la banque en visant une répartition des engagements dans le secteur public non marchand (20%), le secteur public marchand (40%)  et le secteur privé (40%).

A travers des programmes spécifiques, la BDEAC va également s’engager à l’amélioration du financement des PME-PMI ainsi qu’à la promotion de la finance verte, et inscrire tous les financements des projets de la banque dans une logique de développement durable.

Enfin, le Plan stratégique 2017-2022 identifie des stratégies visant à financer le programme et consolider la situation financière de l’institution. Pour ce faire, elle s’est assigné cinq objectifs prioritaires. Il s’agira d’assurer la maitrise du pilotage financier de la banque ; de sécuriser et diversifier ses sources de financement ; de relancer et faire financer les fonds de bonifications pour la mise en place d’un guichet concessionnel ; de préparer la BDEAC à une notation par une agence internationale ; et enfin, d’améliorer la gestion de la liquidité afin de conforter l’autonomie financière de la banque.

Marcel Saint-clair EYENE