Les responsables  de la Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) et ceux de la International general insurance (IGI), ont organisé du 2 au 3 octobre 2018, un séminaire en vue de la mise en place prochaine, d’une assurance « contre le risque politique ».

Pour prévenir les risques de violence au sortir des échéances électorales, les responsables  de la Société commerciale gabonaise de réassurance et ceux de la International general insurance, ont organisé, l’endroit d’une soixantaine de leurs agents, venus du Cameroun et du Gabon, un séminaire de formation dans l’optique de permettre à ceux-ci, de repenser la couverture du risque de violence politique, de renforcer les capacités de souscription, de développer la branche et de permettre aux autorités de créer un cadre institutionnel favorable à la protection des intérêts financiers des personnes morales et physiques.

«Au terme de chaque élection, les citoyens de nos pays, n’usent que très peu de moyens de contestation légaux mise en place par les États. La contestation est donc violente au terme d’une échéance. Certes, le rôle de l’assureur est de payer les sinistres, mais le rôle de l’assureur est surtout de les prévenir», a déclaré le Dr. Andrew Gwodog, administrateur-Directeur Général de la SCG-Ré.

Ce séminaire est donc l’occasion pour ces assureurs, de travailler dans la prévention des violences politiques dont, tout le monde peut devenir victime, « surtout les commerces ou les industries exposées dans ce genre de cas, les bâtiments administratifs et gouvernementaux. C’est un risque qui prend de plus en plis d’importance dans le monde », a assuré, Youssef Alaoui, responsable exécutif d’IGI Casablanca.