En dépit de la progression continue des crédits à l’économie, l’intermédiation bancaire demeure insuffisante dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) comparativement aux pays émergents ou développés. 

L’institution financière sous régionale entend, à travers cet instrument, ouvrir de nouveaux créneaux de crédits à l’Etat gabonais. 

Cette nouvelle approche s’est traduite avec le lancement du Depositary Receipts en collaboration avec SBM, et constitue une première pour les marchés de capitaux en Afrique.

A l’origine de la contre-performance, la situation difficile des économies de la sous-région.

L'option de la recapitalisation, une des solutions possibles pour sauver les trois banques publiques gabonaises de la fermeture, pourrait coûter entre 100 et 150 milliards de FCFA, selon une information de l’agence Ecofin.

Une rencontre tenue dans la capitale tchadienne a permis d’explorer les voies et moyens d’améliorer les relations entre le secteur bancaire et les institutions juridictionnelles. 

Cet engagement a été décliné à la faveur du le tout premier Forum d’affaires d’Afreximbank organisé par cette institution, le 5 juillet dernier.

A la faveur d’une conférence de presse organisée conjointement, par l’opérateur de téléphonie mobile, Airtel Gabon et l’Omnium Gabonais d’Assurances et de Réassurances (OGAR), ce 21 juin 2017, les deux sociétés ont décliné les contours de cette nouvelle offre.

Selon une étude de l’agence Aco Design Afrique, c’est le meilleur établissement de crédits en termes de notoriété et de fiabilité.

C'est l'une des principales décisions de l’Assemblée générale tenue le 18 mai 2017 à Libreville.

Patrick Mabika explique entre autres que la décision prise récemment au sujet des tarifs de l’assurance automobile vise à faire effectivement appliquer les tarifs qui existaient depuis 1996 et que les acteurs du secteurs ne respectaient plus.