Le ministre de l’Agriculture a listé des engagements du gouvernement pour la redynamisation de l’agriculture.

Dans son allocution de clôture des assises agricoles le 1er juillet 2017, le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage chargé de la mise en œuvre du Programme Graine est revenu sur les engagements du gouvernement pour la redynamisation de l’agriculture. Comme le mentionne Yves Fernand Manfoumbi, « le gouvernement s’engage notamment à inventorier tout le patrimoine du secteur agricole et à rendre disponibles et sécuriser les terres cultivables. » Le deuxième engagement du gouvernement consiste « à créer une direction générale de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et rendre opérationnelle la commission nationale pour le développement agricole. »

Le troisième engagement du gouvernement consiste à « renforcer l’agriculture familiale à travers la mécanisation par la mise à disposition à coût modéré du matériel agricole du programme Graine aux petits exploitants. » Quatrième engagement : « ouvrir le programme Graine à d’autres spéculations telles que le maïs,  le soja, le sorgho pour créer une complémentarité entre l’agriculture et l’élevage. » Cinquième engagement : « procéder à la signature d’un partenariat stratégique et le centre Songhaï du Bénin en vue d’assurer la formation » de Gabonais.

Dans son discours de clôture, le ministre de l’Agriculture est revenu sur l’attachement du président de la République  en faveur du retour à la terre et sa vision du Gabon. « Dans son ambition pour notre pays, il s’est engagé à valoriser le potentiel agricole et à garantir la sécurité alimentaire », a affirmé Yves Fernand Manfoumbi. Et de poursuivre : « Grâce à l’impulsion du président de la République, nous avons assisté au cours de ces dernières années, à une montée en puissance des investissements dans le secteur agricole et observé un regain d’intérêt voire un sursaut national pour l’entreprenariat agricole. »

Il  faut cependant faire davantage,  les résultats n’étant pas encore à la hauteur de l’ambition. « L’énorme potentiel naturel du secteur agricole reste encore peu exploité et de nombreux défis sont à relever. De surcroît, le Gabon traverse comme bien d’autres pays producteurs de matières premières, une mauvaise passe liée à la crise pétrolière. Et pour sortir de cette crise, le gouvernement a adopté un plan de relance de l’économie qui fait du secteur de l’agriculture un levier essentiel dans cette bataille de redressement de notre économie », a affirmé le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage chargé du programme Graine. Pour Yves Fernand Manfoumbi, « le secteur de l’agriculture se trouve à la croisée des chemins. »