Avec une demande nationale estimée à 20 000 tonnes, l’huile raffinée constitue l’un des produits qui tire la production locale vers le haut depuis quelques années.

Au cœur de la ville de Lambaréné se trouve l’usine de raffinage d’huile de palme rachetée par le groupe Olam à la société Siat Gabon en juillet 2016. En effet, de nombreux produits que l’on retrouve dans les ménages gabonais sont issus de l’usine de raffinage de la ville de Lambaréné. L’huile de palme raffinée vendue sous la marque « Cuisin’Or », l’huile de palme brute, vendue sous la marque « Palma », utilisée dans la préparation de mets traditionnels, et « Pursavon », un savon de ménage élaboré selon la méthode du savon de Marseille.

Selon le chef d’atelier conditionnement eau et savon de l’usine, on note une forte demande en huile de palme sur le marché gabonais. Les besoins annuels des ménages en huile de palme raffinée et fractionnée sont actuellement estimés à 20 000 tonnes. Au lancement en 2012, la production de Cuisin’Or était de 4 100 tonnes, elle a atteint 7 000 tonnes dès 2013 et maintient ce niveau depuis lors.

D’après les responsables de l’entreprise, cette production pourra tripler d’ici 2030, atteignant ainsi près de 23 000 tonnes. Comme on le voit, la production actuelle de l’usine de Lambaréné ne permet pas encore de répondre efficacement à la demande nationale. Celle-ci est finalement comblée par les importations du Cameroun et des pays asiatiques.

Le marché du savon de ménage quant à lui est estimé à 6 000 tonnes par an. Siat Gabon produit et vend environ 2 500 tonnes chaque année. Le reste des besoins est satisfait grâce aux importations dont la majorité provient du Cameroun, mais également de Côte d’Ivoire, d’Europe et d’Asie.