L’opération consiste à poser des colliers GPS sur les éléphants afin de mieux surveiller leurs mouvements et lutter contre le braconnage. 

L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) du Gabon vient de lancer une nouvelle méthode pour accentuer la surveillance des éléphants dans les forêts gabonaises, a-t-on appris. 

Financé avec l’aide de l’Agence française de développement (AFP), le projet vise à surveiller les pachydermes marqués, mais aussi à collecter un certain nombre d’informations sur les attitudes et habitudes de ces derniers comme le parcours, le rythme de déplacement, les zones habituelles d’alimentation, etc. 

Surtout, apprend-on auprès des responsables de l’ANPN, la pose de ces colliers, qui a commencé dans le Parc national de l’Ivindo, va permettre d’appuyer la lutte contre le braconnage des éléphants qui connait toujours une forte ampleur au Gabon. 

Le principe est simple : en cas de cessation de mouvement du pachyderme qui est tracé à partir du GPS fixé sur le collier, une alerte est donnée au centre des opérations de l’ANPN qui met aussitôt en mouvement les brigades afin de savoir ce qui se passe et, éventuellement, de traquer les braconniers s’il s’agit d’un acte criminel. 

Il s’agit donc d’une nouvelle tactique qui pourrait permettre, sinon d’éradiquer, mais tout au moins diminuer l’intensité du braconnage. Au Gabon, entre 2004 et 2013 et selon les estimations de l’ANPN, 11 000 éléphants ont été anéantis par le braconnage. En 1o ans, la colonie d’éléphants dans le Parc de Minkebe au nord du pays a chuté de 80%.