Après le début du boycott des épreuves sportives du BEPC, du fait du non-paiement des vacations des examens de 2017, les enseignants passent depuis le 3 mai 2018, à la caisse.

 

C’est vraisemblablement sous pression du boycott par les enseignants du lancement des épreuves sportives du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), qui devaient débuter le 2 mai dernier, pour les 13 centres que comptent Libreville, que le gouvernement a rendu effectif le paiement des vacations de 10 958 enseignants pour un montant d’environ, 1,5 milliards.

Selon le ministère de l’Education nationale, ce sont les comptes bancaires de 8 265 enseignants qui ont été approvisionnés, 127 paiements à la carte qui se sont faits au trésor public et 2566 bons de caisses qui ont été distribués ou sont en cours de distribution.

Une situation qui ravie les enseignants concernés. Seulement, à ce qui semble, le gouvernement n’est pas sorti de l’auberge d’autant plus que, les enseignants ayant évalués les élèves au baccalauréat 2016-2017, continuent à attendre le paiement de leurs vacations et la date des épreuves du baccalauréat approchant, nombreux sont ceux qui pensent que si rien n’est jusqu’à cette date, ceux-ci procéderont aussi au boycott qui semble être le langage le mieux écouté des autorités gabonaises.