Le prêt va permettre d’accompagner la politique de développement agricole du pays, en appuyant financièrement le programme GRAINE qui porte des fruits depuis le début de cette année. 

Plus de 20 ans après son dernier programme d’appui, la Banque africaine de développement (BAD) est de nouveau aux côtés du Gabon dans le cadre de l’appui au développement agricole. Le 28 novembre 2017 en effet, à Abidjan, le conseil d’administration de l’institution financière panafricaine a accordé un prêt au Gabon d’un montant de 64,6 milliards FCFA (soit 98,54 millions d’euros). 

Cet appui est, pour l’essentiel, destiné à appuyer la phase 1, Guichet public, du programme Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (GRAINE), qui accompagne les jeunes et les femmes dans leurs projets dans le domaine agricole au Gabon. 

De manière concrète, le soutien de la BAD va permettre de financer des infrastructures sociales et agricoles nécessaires à la promotion des coopératives et à l’entreprenariat agricole. Il est aussi question de promouvoir des actions de formation, d’organisation et de professionnalisation des entrepreneurs agricoles. 

Le retour de la BAD auprès du Gabon dans le domaine agricole ne peut que réjouir les autorités du pays dont la politique de diversification de l’économie fait de l’agriculture un des secteurs clés. Bien entendu, l’appui se justifie par l’alignement de la vision stratégique de la banque sur le développement agricole en Afrique à celle contenue dans le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) ainsi qu’au Plan de relance de l’économie (PRE) engagés par le Gabon. 

Dans ces deux plans, l’agriculture occupe une place prépondérante. Depuis bientôt une décennie, le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba a impulsé un véritable « Plan Marshall » au Gabon, en vue non seulement de développer l’économie en faisant de ce secteur le « Nouveau pétrole du Gabon », mais aussi de sortir le pays de la forte dépendance alimentaire qui lui fait dépenser en moyenne 300 milliards FCFA chaque année pour nourrir quelque deux millions d’âmes. Tout en réduisant le chômage, notamment chez les jeunes. 

Et le programme GRAINE en est la parfaite illustration. Malgré quelques difficultés rencontrées à ses débuts, le programme porte déjà des fruits. Les récoltes se font depuis le début d’année 2017 sur les plantations étendues sur des milliers d’hectares dans cinq provinces du Gabon, avec des dizaines de tonnes de productions importantes pour diverses spéculations.

A terme, grâce à GRAINE et à d’autres actions menées, le Gabon entend devenir un pays agricole et réduire d’au moins 70% ses importations de denrées alimentaires à 110 milliards FCFA, en développant les filières légumes et fruits. Les ambitions agricoles du Gabon sont également d’augmenter la production de riz, d’impulser le développement de la culture de cacao, d’huile de palme, ou encore de l’hévéa, sans oublier le volet élevage.