Le gouvernement va procéder aux indemnisations des populations affectées par ce projet qui vise la production de 10 000 tonnes de poulets par mois au Gabon.

Selon un communiqué du ministre de l’Economie, de la prospective et de la programmation du développement, les premières populations résidant ou ayant des activités dans les localités où se dérouleront les activités du projet L7H vont être indemnisées entre le 3 et le 5 août 2017. Les localités concernées sont Ayeme maritime, Nyamboro, Okolassi Rail, Sonadeci (petit village) et Mitsaba, toutes situées dans la localité de Ntoum, province de l’Estuaire.

Les personnes concernées devront se rendre à la mairie de Ntoum avec les pièces justificatives pour rentrer en possession de leurs indemnisations. Pour celles vivant à Libreville, il leur est demandé de se rendre dans les locaux de l’entreprise L7H Life resources overseas Pvt Ltd, près du supermarché Mbolo. Quant aux retardataires, ceux qui n’ont pas été recensés par les agents du ministère, ils devront se rendre dans les villages pour le dernier recensement des biens cultivés au plus tard le 14 août.

Rappelons que le projet s’étend sur une superficie totale de 150 hectares destinés à développer les projets d’élevage. Il y est prévu la construction d’une vaste ferme avicole dont la production va aller de 2 000 à 10 000 tonnes chaque mois, avec pour objectif de résorber la dépendance du Gabon vis-à-vis de l’extérieur par rapport à cette denrée alimentaire.

Dans le protocole d’accord signé entre le gouvernement et la société indienne, il est prévu également la mise à disposition de 1 600 hectares de terres pour la culture du maïs, denrée de base pour la nutrition des poulets. Et 10 hectares seront également attribués à L7H Life resources overseas Pvt Ltd, dans la zone de Nkok, pour la transformation locale du poulet.