Le projet dédié à inciter les élèves à s’intéresser à l’agriculture a permis de récolter les premières feuilles d’amarante, un légume très prisé au Gabon.

« L’agriculture n’est pas le métier des échoués ». Cette phrase répétée un mois plus tôt aux élèves du C.E.S. de Mikolongo a vu tout son sens dans la matinée du jeudi 8 juin 2017. Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage, chargé de la mise en œuvre du programme Graine, accompagné de deux autres membres du gouvernement et en présence des responsables de la Fao au Gabon, a en effet procédé à la première récolte de cultures dans le cadre du projet « Classes vertes », lancé en avril dernier dans cet établissement.

Les personnalités et les élèves ont récolté plusieurs paniers d’amarante. Ce légume, très prisé au Gabon, est plus connu sous l’appellation locale « Folong » ou encore « Indeng ». Plante venue d’Amérique du Sud, l’amarante s’apparente aux céréales. Elle est constituée de 59% d’amidon, 18% de protéines d’une grande valeur nutritive. La proportion de graisse de l’amarante se situe à 9% et comprend pour l’essentiel des acides gras. Elle est également très riche en acide aminés et en contient beaucoup plus que les céréales.

La cérémonie de récolte a donné l’occasion aux élèves de dire merci pour cette initiative. « Nous remercions vivement aujourd’hui nos formateurs, encadreurs ainsi que toutes les autres personnes ayant œuvré de près ou de loin à la matérialisation de cette production », a en effet souligné Mlle Berre, représentante des élèves du C.E.S. de Mikolongo. Qui a par la suite indiqué que leur souhait est que le projet soit pérenne, et surtout, qu’il soit répandu sur l’ensemble du territoire gabonais.

Pour sa part, la ministre déléguée à l’Education nationale, Lucie Akalane, s’est dite contente d’avoir été associée à ce projet qui permet « d’initier nos jeunes apprenants à prendre soin de la nature. Maintenant, ils ont la preuve que cultiver la terre n’est pas une basse besogne. C’est une tâche plutôt exaltante que de nourrir son peuple, ses semblables, en revenant à la terre et en la cultivant ».

Le ministre de l’Agriculture, Yves Fernand Manfoumbi a une fois de plus rappelé les objectifs visés par le programme « Classes vertes ». « Ce projet pilote, lancé avec l’appui de la FAO a comme objectifs de susciter des vocations pour que la jeunesse puisse prendre une part active au processus de développement de notre économie à travers l’agriculture, et emmener les jeunes à s’intéresser à la terre. Histoire de renouveler la main d’œuvre agricole déjà vieillissante dans notre pays », a indiqué Yves Fernand Manfoumbi.

« Nous pensons qu’il faut pérenniser ce modèle. Ce qui implique que la notion des « classes vertes » doit être intégrée dans la carte scolaire pour qu’il puisse exister, à côté de chaque établissement scolaire, un jardin devant permettre aux enfants de sa familiariser avec les métiers de l’agriculture », a souhaité le ministre de l’Agriculture, s’adressant à sa collègue de l’Education nationale.