Le projet d’appui au développement des statistiques agricoles au Gabon vise à développer un outil au service de prise de décision aussi bien au gouvernement qu’aux acteurs du milieu agropastoral.

Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage, chargé du programme Graine, a lancé samedi 27 mai 2017 à Franceville dans la province du Haut-Ogooué, le projet d’appui au développement des statistiques agricoles au Gabon. Le programme est mis en œuvre avec l’aide technique de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du groupe Olam.

Selon les explications du ministre Yves Fernand Manfoumbi, l’objectif visé par le pays est d’améliorer la production des statistiques agricoles au Gabon en les rendant « désormais disponibles et accessibles aux utilisateurs ». Il va permettre, entre autres, de réaliser une enquête test agricole de production (EAP), de réaliser le système de statistiques agricoles, et de formuler un document de projet pour la réalisation du Recensement général de l’Agriculture prévu en 2018.

La mise à jour des données statistiques sur le secteur agropastoral au Gabon est primordiale au moment où le pays est résolument engagé sur la voie de l’indépendance alimentaire. Jusqu’à présent, le système national des statistiques du Gabon ne répond pas pleinement à ces défis : les statistiques sont vieilles (certaines datent même des années 1970). Cela est un obstacle pour la formulation efficiente des programmes de développement agricole par les gouvernants, la prise de décision des investisseurs, et aussi pour les agriculteurs eux-mêmes.

 

Avantages

Les avantages de posséder un système d’information statistique sont nombreux. Les données statistiques permettent aux administrations de pouvoir mettre en place des politiques, suivre les activités et les évaluer. Avec ces données, les différents acteurs sont édifiés sur l’évolution du secteur, ils peuvent faire des projections à court, moyen ou long termes. Et mieux encore, les statistiques permettent la préparation des prévisions de dépenses agricoles : pour l’Etat, cela lui permet de mieux planifier la dotation budgétaire.

Afin de parvenir à doter le Gabon d’un tel outil statistique, le ministre de l’Agriculture opte pour une approche en trois phases. Dans un premier temps, « il nous faut mettre en place un réseau d’information comptable agricole », préconise-t-il. Ce réseau serait une source clef pour les statistiques de routine, notamment pour ce qui est de l’agriculture structurée.

Deuxièmement, l’agro-industrie s’étant densifiée ces dernières années, le développement des statistiques agro-environnementales est primordial, afin d’assurer un nouveau modèle de développement intégrant le bien-être humain, l’équité social, la conservation environnementale…Enfin, il faut disposer d’informations permettant d’assurer le suivi des programmes de développement rural afin d’assurer le renforcement de la politique de développement rural à travers l’agriculture familiale.