C’est du moins le bien-fondé de la cérémonie de remise de l’important lot de matériel agricole, qui a été remis aux coopératives du Woleu-Ntem, dans le cadre du programme, la Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine), le 22 août dernier à Oyem. 

Selon la direction de la Société de transformation agricole et de développement rural (Sotrader), l’objectif consistait à encourager les bénéficiaires et augmenter leur productivité. En effet, l'on indique que cette initiative constitue une réponse à la demande des bénéficiaires, formulée quelques mois plus tôt. Pour le P-DG de la Sotrader, Théophile Ogandaga, la remise de ce don obéit à une clé de répartition bien définie.

«Le petit outillage sera distribué à chacun des membres des coopératives. Nous avons dénombré 545 agripreneurs-agriculteurs dans les coopératives en activités dans le Woleu-Ntem», a déclaré. Avant de préciser que «Ces kits se composent de 13 éléments : des brouettes, sacs à dos pulvérisateurs, houes, arrosoirs, paires de bottes, râteaux, pioches, pelles, cisailles, machettes, etc. Chaque coopérateur aura droit à ces outils». Dans ce lot de matériel, figuraient également des motos-bennes qui ont été distribués aux coopératives les plus méritantes. Elles sont ainsi revenues aux 19 coopératives les plus dynamiques. 18 engins de ce type sont d’ores et déjà sur place, tandis que les autres sont en cours d’acheminement, a souligné Théophile Ogandaga.

Cette initiative, a précisé Théophile Ogandaga ne s’arrêtera pas seulement dans le Woleu-Ntem. «Il y aura par ailleurs des motos simples pour l’ensemble des coopératives, méritantes ou non», a-t-il indiqué, soulignant que le matériel sera également déployé dans l’ensemble des six autres provinces ou le programme Graine est exécuté. Si la province septentrionale du Gabon peut se glorifier d’occuper une place de choix dans le développement de ce programme en 2018, il convient néanmoins de signaler les perspectives nationales dudit programme cette année, tablent sur  1513 hectares de plantations, dont plus de 300 dans cette partie du pays, avec le manioc et la banane comme principales cultures vivrières.

Pour le directeur provincial de Graine, Serge Ndong a, pour sa part, rappelé que cette dotation découle des conclusions issues des travaux de l’évaluation trimestrielle de la Sotrader, organisés à Oyem en avril dernier. Lesquelles ont démontré que les investissements consentis par la Sotrader ne doivent pas être vains. «Vous devez compter sur tous les espaces disponibles dans vos sites, pour votre autonomie financière, d’une part. Et, pour la présence de vos produits tant appréciés dans les marchés, d’autre part», a conclu Serge Ndong.

Avec gabonreview.com