Cette disposition s’est traduite par la signature d’un accord avec Telefónica, l'une des plus grandes entreprises de télécommunication au monde, afin d’œuvrer en faveur du développement agricole, de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et Telefónica ont convenu de travailler ensemble afin d'exploiter au mieux les technologies numériques et œuvrer en faveur du développement agricole, de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

Selon la FAO, il s’agit surtout de préparer les agriculteurs à faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes induits par le changement climatique. Signé le 12 février 2018, par le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, et la Directrice mondiale de la stratégie des affaires publiques de Telefónica, Trinidad Jiménez, l'accord sera l'occasion de mettre en place certaines initiatives. Notamment, l'innovation, la numérisation, l'analyse des données et les systèmes.

Et ce, de manière à ce que les agriculteurs soient en mesure d'accéder à des informations essentielles qui leur permettront d'améliorer leurs moyens d'existence et de renforcer  leur résilience face au changement climatique. 

« Ce partenariat nous aidera à faire face à certains des plus grands défis de notre temps, à savoir la lutte contre la faim, la pauvreté et les effets du changement climatique sur le secteur agricole. Accéder à des informations fiables, dont celles liées au changement climatique, est essentiel afin d'autonomiser les agriculteurs, en particulier ceux qui vivent dans les pays en développement », a déclaré M. Graziano da Silva.

L'accord, qui devrait s'étaler sur une période de trois ans, concerne trois domaines principaux. Le premier domaine concerne l'extension de l'Internet à des objets ordinaires relatifs au secteur agricole afin d'améliorer les procédures et l'utilisation efficace des ressources naturelles.

La FAO et Telefónica travaillent actuellement sur un projet pilote d'économie d'eau au Salvador et en Colombie. Le projet a recours à un matériel informatique spécial, utilise le stockage de données sur ‘cloud’ et le traitement des données. L'idée est de générer des recommandations qui vont permettre de faciliter la prise de décision des agriculteurs sur des questions liées à l'irrigation et à l'utilisation efficace de l'eau. L'initiative qui a également recours aux algorithmes d'intelligence artificielle développés par Telefónica, sera répliquée dans plusieurs régions du couloir sec d'Amérique centrale.

Le deuxième domaine concerne l'utilisation de ‘Big Data’ - soit la gestion et l'analyse d'un grand nombre de données sur le changement climatique en vue de mettre en place des systèmes d'alerte précoces. Cela permettra de mieux comprendre la manière dont le changement climatique influence les déplacements de population dans les régions du couloir sec d'Amérique centrale et de Colombie, soit les plus affectées par les phénomènes El Niño et La Niña.

Le troisième concerne l'éducation numérique et le renforcement des capacités : une partie du contenu éducatif de la FAO sera intégré aux plateformes de formation ouverte. Par exemple, les usagers pourront en savoir plus sur les systèmes alimentaires, la nutrition et le développement agricole sur Miríadax, la première plateforme euro-américaine dédiée à la formation en ligne ouverte à tous.

« Nous espérons que nos données, nos connaissances et nos technologies contribueront au développement de notre société et que sa numérisation ajoutera de la valeur à des organisations telles que la FAO, qui prennent des décisions en se basant sur des données cruciales », a déclaré Mme Jiménez.