La mise en œuvre de cette nouvelle donne a conduit le ministre des Mines, Christian Magnagna et ses et ses collègues de la Santé, Denise Mekam’ne et déléguée à l’Economie, Edwige Betha, le 11 octobre 2017, sur le site Mboumi-Est d’Alpha Century Mining, dans le Moyen-Ogooué à Ndjolé.

Selon le ministère des Mines, cette visite visait à authentifier la traçabilité de la production minière et de regrouper l’ensemble des artisans de cette localité en coopérative pour accompagner les sociétés répondant aux normes, à l’instar d’Alpha Century Mining, et ainsi entrer dans le système formel des mines au Gabon.

Selon le ministère des Mines, cinq petites mines ont déjà été attribuées et « d’autres demandes sont en cours d’études par l’administration » précise le ministère, au nombre desquels, Mboumi-Est. Il aurait déjà permis de tirer divers avantages allant de l’employabilité des gabonais des localités avoisinantes au réaménagement d’une ancienne piste forestière sur un linéaire de 13 Km, comme l’augmentation de la contribution du secteur minier dans l’économie nationale grâce au paiement d’impôts et taxes.

Alpha Century Mining, société de droit gabonais, possède à ce jour trois permis d’exploitation de l’or de petite mine. Mboumi Centre, Est et Sud. Selon le ministère des Mines, cette société est la 1ère à développer une exploitation dont la production entre mars et septembre 2017 s’élève à 15 599,41 grammes. 

« Nous sommes satisfaits de ce que le cahier de charges aux plans environnemental, social, sociétal et économique est atteint. Et nous saluons les efforts de Alpha Century Mining pour se positionner comme acteur de référence dans le domaine de l’exploitation de la Mine à Petite Echelle » a déclaré Christian Magnagna.

Pour rappel, par décret n°00231/PR/MM du 04 août 2017, l’or comme est classé comme une ressource stratégique pour la diversification de l’économie gabonaise. Le ministère des Mines s’est, à ce titre donné une feuille de route avec pour objectif, de lancer 10 petites mines sur la période 2017-2018.