Cette disposition a été présentée la semaine dernière, par le secrétaire général du ministère des Mines de Guinée Equatoriale, Santiago Mba Eneme, à Christian Magnagna, le ministre gabonais des Mines.

En vue de l’ouverture prochaine des exploitations des mines en Guinée-Equatoriale, le secrétaire général du ministère des Mines de ce pays à récemment visité l’Ecole des mines de Moanda dans l’optique d’y envoyer des élèves. « L'exploitation minière va commencer en Guinée équatoriale et le ministre des Mines de mon pays m'a instruit d'étudier toutes possibilités de tirer avantage de l'expérience gabonaise en la matière, y compris la formation des compétences», a déclaré Santiago Mba Eneme (photo), après avoir constaté que « C'est une excellente école. Elle peut contribuer au renforcement de la coopération sud-sud au niveau des pays de la CEMAC ».

 

Une réflexion qui cadre avec la volonté d’Ali Bongo d’ouvrir cet établissement à la sous-région et des responsables cette école qui pensent qu’elle a suffisamment de technicité pour accueillir des étudiants étrangers, pour peu qu'ils en fassent la demande. C’est qui est déjà le cas de la République du Congo dont La formation des étudiants débutera dès l’année prochaine dans cette école. Ce qui pourrait aussi être le cas de la Guinée-équatoriale qui, dans les tout prochains mois, signera, sauf changement, un accord de formation avec le Gabon.