Accusé d’être à l’origine du blocage dans la satisfaction de leurs revendications posées sur la table du ministre Christian Magnagna, depuis le mois de janvier 2018, les agents du ministère des Mines en grève, demandent tout simplement le limogeage du secrétaire général.

 En grève depuis janvier dernier, les agents du ministère des Mines, ont demandé, par la voix de Chen Sylvestre Mezui M’Obiang, président du Syndicat des professionnels des mines (SYPROMINES),la tête du secrétaire général de ce ministère. Ils l’accusent de bloquer la satisfaction des revendications inscrites dans leur cahier de charges. Alors que, le ministre des Mines, Christian Magnagna, avait, dans un courrier signé le 9 février, demandé à son secrétaire général de tout mettre en œuvre pour faire aboutir les revendications des syndicalistes.

Seulement, un peu plus d’un mois après ce courrier, le statut quo persiste. « Aucune de revendications n’a trouvé un début de solution jusqu’à ce jour. Bien au contraire », affirment les syndicalistes, «le secrétaire général brille par son arrogance et sa volonté de ne pas voir les choses bouger. Il bloque toutes les signatures», ont-ils poursuivi.

 Conséquence sur le terrain, la prolifération des zones de non droit dans lesquelles, les opérateurs économiques exploitent les minerais dont l’or, sans rendre de compte à qui que ce soit, se remplissant ainsi, les poches. Notons qu’en plus de cette revendication, les membres du SYPROMINES réclament, une amélioration des conditions de travail, la mise en régie du ministère des Mines et la délégation des signatures dans l’optique de permettre à la direction générale d’effectuer des descentes sur le terrain.