Une séance de travail allant dans ce sens s’est tenue, le 12 mars dernier, entre le ministre des Mines, Christian Magnagna et les parlementaires de la Nyanga

Au cours de cette rencontre, ces élus du peuple ont tenu à s’assurer de la prise en compte du développement socio-économique de leurs localités dans l’exploitation du gisement de fer de Milingui, après la signature de l’accord-cadre cadre portant lancement du projet d'exploitation du fer de Milingui, entre l’Etat gabonais et la société Havilah Consolidated Resources, le 2 décembre 2018.

Les parlementaires Ninois ont à cette occasion tenu à remercier le président de la République, Ali BONGO ONDIMBA, pour ses efforts entrepris pour le développement de leur province, en dépit de la situation conjoncturelle économique très difficile que traverse le pays. Face à cette démarche, Christian Magnagna a rassuré ses hôtes sur l’engagement du gouvernement et en particulier, son département ministériel à favoriser un développement socio-économique profitable à tous les gabonais à travers des infrastructures et la création d’emplois dans le pays.

«C’est donc dans cet esprit que le gouvernement gabonais et la Société havilah ont signé cet accord-cadre de mise en valeur du 1er gisement de fer de Milingui, cela dans le strict respect de la responsabilité sociétale des entreprises et des normes environnementales, qui devraient se traduire par le la construction d’infrastructures sociales adéquates, l’employabilité des gabonais et la sous-traitance réservée majoritairement aux nationaux, l’approvisionnement en eau et en énergie des populations locales» a indiqué M. Magnagna.

Quid du gisement de fer de Milingui 

Pour la bonne gouverne, situé à quelques kilomètres de Tchibanga, le gisement de fer de Milingui, est le 2ème grand gisement de fer du Gabon après Belinga, avec des réserves de l’ordre de 135 millions de tonnes, dont 18 millions de tonnes, dont la teneur est fortement concentrée, soit 50% de teneur, l’on y retrouve du cuivre, de l'or, du diamant, et d’autres minerais. Pour plus d’opérationnalité, le groupe a créé Havilah Mining Gabon qui va se charger du développement de la mine en trois phases dont la première couvre la période 2018-2022.

Ces quatre premières années permettront aux ingénieurs de la compagnie de réévaluer les réserves, de construire une voie d’évacuation du minerai afin de couvrir la centaine de kilomètres qui séparent le site de l’océan Atlantique, et d’engager la production expérimentale. Entre 2022 et 2025, période de la seconde phase de développement, la production expérimentale passera de 4000 tonnes à 8000 tonnes en un an, avant que la dernière étape qui va de 2025 à 2028 ne vienne parachever  les ambitions de la société.

En plus du montage de l’unité de production qui engage les travaux dans deux mois,  Havilah Mining Gabon entamera la transformation locale d’une partie du minerai ainsi que l’achèvement du port en eau profonde de Mayumba sur l’océan Atlantique. D’après le ministre des Mines, l’entrée en production du gisement de Milingui entre dans le cadre du plan de relance de l’économie. Ce qui créera entre 500 et 700 emplois directs dans la zone.